Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

27/08/2010

PAROLES DE PHILOSOPHES.

AVT2_Ferry_617.jpg
 
 
 

 

Le livre de Luc Ferry est sous-titré "Qu'est-ce qu'une vie bonne ?" Il avait en 2002 publié un essai "Qu'est-ce qu'une vie réussie?" Le philosophe nous plongeait dans la pensée d'Aristote, Saint Augustin, Saint Thomas ou Saint Paul, mais aussi Socrate, les stoïciens, Maïmonide, Averroès, Nietzche pour arriver à démontrer qu'une vie réussie est une "vie bonne". Selon lui, le bonheur n'est pas, comme on l'affirme souvent actuellement, synonyme de réussite ou de performance. Un monde laïc n'est pas hostile aux transcendances, comme on le croit souvent. Idée qu'il développera dans "L'homme-Dieu ou le Sens de la vie".

 

PAROLES DE PHILOSOPHES.

 

Un tout petit recueil, au format inhabituel, 8 cms sur 12, contenant des citations assorties de commentaires de l'auteur. (Collection "A savoir" – éditions Dalloz).

 

Dans son avant-propos, il précise : "D'abord l'aveu d'une limite aussi évidente qu'inévitable : ce recueil de "paroles de philosophes" est tout à la fois aussi subjectif et aussi peu exhaustif que possible. C'est tout au plus un petit morceau de la bibliothèque que j'emporte dans l'île déserte, un tout petit morceau seulement.. (...) Ce choix ne correspond qu'à un regard cursif et très personnel sur l'histoire de la philosophie entendue comme je l'entends maintenant : une doctrine du salut sans dieu ou, pour parler plus simplement, une tentative de répondre à la question : "Qu'est-ce qu'une bonne vie pour les mortels ?" sans passer par le secours des religions – de la foi en un dieu qui sauve – mais en s'en tenant aux moyens du bord : la lucidité de la raison et la sincérité du coeur."

 

Comme dans ses autres livres, Luc Ferry va parcourir l'histoire de la philosophie de l'Antiquité à nos jours mais dans une optique nouvelle qui est celle "du salut". Cette approche est pour moi assez déroutante, la notion du "salut" étant, me semblait-il, fortement connotée par le christianisme.

 

Par contre, le concept de "l'homme mortel" se retrouve dans toute l'histoire de la philosophie. Montaigne, en référence à la sagesse des anciens philosophes grecs, assurait que "philosopher, c'est apprendre à mourir." Les Stoïciens et les Epicuriens affirmeront qu'on ne peut accéder à une vie bonne (ou heureuse) sans vaincre d'abord la peur de la mort.

 

"Pense à la mort toujours pour ne la craindre jamais" (Sénèque) – "L'affaire n'est pas de mourir plus tôt ou plus tard; l'affaire est de bien ou mal mourir. Or, bien mourir, c'est se soustraire au danger de vivre mal." (Sénèque).

 

Comme le dit Luc Ferry, pour les anciens, le divin est assimilé au cosmos : "L'harmonie du monde, ce que les Grecs nomment le "divin" n'est donc pas, comme chez les Juifs ou les Chrétiens, "au-delà" du monde : la structure harmonieuse de l'univers lui est immanente. le divin peut cependant être considéré comme "transcendant" par rapport aux hommes, en ce sens qu'il est supérieur et extérieur à eux."

 

Luc Ferry met aussi en lumière le rapprochement que l'on peut faire entre les stoïciens et les Bouddhistes : l'espérance est un obstacle à la sagesse. "Ne cherche pas à ce que ce qui arrive arrive comme tu veux, mais veuille que ce qui arrive arrive comme il arrive, et tu seras heureux." (Epictète).

 

Le christianisme sera en rupture complète avec les anciens. Pour Luc Ferry : "Cette rupture est double : 1) le divin cesse de s'identifier à l'ordre cosmique pour s'incarner dans une personne – le Christ; 2) la religion nous invite à limiter l'usage de la raison pour laisser la place à la foi."

 

Le fondement même du christianisme est la résurrection des corps. "Et si l'Esprit de Celui qui a ressuscité Jésus d'entre les morts habite en vous, Celui qui a ressuscité le Christ Jésus d'entre les morts donnera aussi la vie à vos corps mortels par son Esprit qui habite en vous." (Saint Paul)

 

Au seizième siècle, naîtra "l'humanisme" à partir de la révolution scientifique. Copernic, Newton, Descartes, Galilée donneront une autre vision du monde, celle où l'homme en devient le centre. Doué de raison, d'esprit critique, un "être pensant". "L'homme n'est qu'un roseau, le plus faible de la nature, mais c'est un roseau pensant." (Blaise Pascal).

 

Le fondement de la morale devient la liberté qu'a l'homme. "Aie le courage de te servir de ton propre entendement ! Voilà la devise des lumières." (Emmanuel Kant).

 

D'où l'importance de l'éducation soulignée par Jean-Jacques Rousseau et Emmanuel Kant. "L'homme ne peut devenir homme que par l'éducation. Il n'est que ce que l'éducation fait de lui." (Emmanuel Kant).

 

Luc Ferry étudiera aussi la vision de Descartes, Marx, Jean-Paul Sartre, Nietzsche avant d'arriver à ce qu'il pense actuellement : la philosophie de l'avenir sera de passer "de l'amour de la sagesse à la sagesse de l'amour", qui, pour lui, est "une nouvelle conception humaniste du salut qui n'est plus celle des Lumières, de Voltaire et de Kant, du droit et de la raison, mais plutôt celle de la transcendance de l'autre et de l'amour."

 

J'ai beaucoup aimé le livre même si, comme toujours avec Luc Ferry, je ne suis pas totalement convaincue. J'y ai retrouvé, avec plaisir, beaucoup de citations connues dont il donne parfois un éclairage très personnel.

 

(Voir aussi : Luc Ferry – billet du 11 novembre 2009)

 

13/11/2009

DECRET D'INSCRIPTION.

Lors de la campagne électorale, tous les partis ont répété qu'ils faisaient de l'enseignement une priorité. Et de citer la revalorisation de l'enseignement professionnel, une meilleure formation des élèves, la prise en compte des écoles défavorisées etc. sans jamais préciser comment atteindre ces objectifs. Le CDH a revendiqué le poste de ministre de l'enseignement, Joëlle Milquet estimant qu'il était temps que ce ne soit plus un socialiste. Je ne sais pas si elle a bien réfléchi aux difficultés qu'allait fatalement rencontrer la ministre.

 

Première étape : les économies dans l'enseignement. Une mesure parmi d'autres, l'extension de la charge horaire des enseignants du secondaire. Mesure retirée aussi vite après les protestations syndicales ou plus vraisemblablement parce que la mesure était inapplicable. Il y a peu de cours d'une ou deux heures dans le secondaire.

 

Et voilà, le décret d'inscription revient sur la table. Ce qui était convenu : partir d'une page blanche. La logique aurait été, après les décrets calamiteux précédents, de les abroger et de s'en tenir là. Mais, il y a l'obsession de "mixité sociale" acceptée, paraît-il, par tous comme une nécessité absolue.

 

Première remarque : la mixité sociale est un fait dans la très grosse majorité des écoles. Il suffit d'aller voir la sortie des écoles, par exemple, près du Botanique pour constater que la population scolaire n'est plus ce qu'elle était il y a dix ou vingt ans.

 

Deuxième remarque : les écoles visées pour leur "mauvais comportement" sont une dizaine. Fallait-il pour cela bouleverser tout l'univers scolaire comme cela a été fait ? Et, cerise sur le gâteau, on a épinglé ces écoles comme de très bonnes écoles à faire pâlir celles qui n'étaient pas dans la liste.

 

Troisième remarque : on a traité certaines écoles de "ghettos" de quoi faire bondir ceux qui n'ont pas oublié ce que ce nom a signifié dans l'histoire du vingtième siècle. Vouloir dix ou quinze % d'élèves "défavorisés" dans toutes les écoles comme le souhaitent les socialistes ou les écolos est-ce une mesure qui supprimera les écoles ZEP qualifiées honteusement de "ghettos" ? Certainement pas. J'admire d'ailleurs la sémantique. Qu'est-ce qu'un élève défavorisé ? Moins intelligent, ayant de moins bon résultat en primaire,  issu de  l'immigration,  venant  d'un milieu social qualifié d'inférieur ? Evidemment, le politiquement correct interdit de tenir des propos aussi "hard". Donc, pas de définition.

 

Quatrième remarque : le choix des parents est un droit. Et là réside le paradoxe. On affirme le respecter mais toutes les mesures envisagées sont contre ce choix. Elèves prioritaires ou pas, selon tel ou tel critère, on nage en plein délire. La dernière proposition, demander que chaque élève de 6ème primaire remplisse une fiche avec ses préférences ou  son droit à être prioritaire, est tout simplement aberrante. Si cela se fait, je souhaite bonne chance à ceux qui devront les dépouiller !

 

Quel gâchis ! S'insurger qu'un enfant de primaire puisse continuer dans l'école secondaire du même pouvoir organisateur sous prétexte que cela favorise l'enseignement catholique est-ce vouloir le bien de l'enfant ? N'est-ce pas légitime ? C'est vrai que l'enseignement primaire officiel est communal, l'enseignement secondaire provincial ou dépendant de la Communauté Française donc "l'adossement" (quel vilain mot !) n'existe pratiquement pas. Mais, que je sache, rien n'a jamais empêché un enfant sortant d'une école communale de s'inscrire dans un lycée.

 

L'absurdité est vraiment poussée très loin. J'entendais Proper Boulanger proclamer qu'il faudrait un décret d'inscription pour le primaire si la ministre ne changeait pas son projet ! Et d'ajouter qu'il était contre l'autonomie des directeurs ou des PO. Vraiment ? La CSC n'a-t-elle pas défendu fermement les projets pédagogiques ?

 

Cela me rappelle une époque très lointaine où les inspecteurs linguistiques faisaient le tour des écoles maternelles de Bruxelles pour voir s'il n'y avait pas de petits flamands égarés dans les écoles francophones. Cela m'avait beaucoup choquée. Justement, parce que le droit des parents de choisir l'école de leurs enfants n'était pas respecté. Comme maintenant.

 

Faut-il répéter que la meilleure école est celle où l'enfant se sent bien. Qu'il vaut mieux se trouver dans son quartier où les liens avec les autres enfants pourra être beaucoup plus fort. Qu'imposer aux enfants de longs trajets en voiture ou en bus, quand on pourrait l'éviter, est un scandale. Qu'enfin, quelle que soit l'école, les enfants qui veulent réussir s'en sortiront toujours.

 

Je terminerai avec un peu d'humour car je suis très en colère. Un des critères proposé est la distance entre les écoles "à vol d'oiseau". La ministre va-t-elle équiper des pigeons de puces électroniques pour être certaine qu'il n'y a pas cent mètres de trop ?

 

Et dire qu'il y a tellement à faire pour rendre notre enseignement performant. Pour tous.