Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

02/04/2012

TITRES-SERVICES.

 

Je suis indignée. J'ai entendu à la radio Edouard Delruelle dire qu'il avait envoyé quelqu'un dans une agence intérimaire pour faire semblant de chercher une personne rémunérée par les titres-services. L'agence lui aurait demandé s'il cherchait un/e travailleur/euse parlant français ou néerlandais, s'il acceptait un étranger. Très affirmatif, Edouard Delruelle a ajouté que c'était complètement illégal.

 

Première réaction, je déteste ce procédé comme d'ailleurs les CV anonymes, truqués ou les caméras cachées. Que le Centre utilise ce procédé pour piéger les agences me paraît indigne.

 

J'ai été faire un tour sur leur site et j'ai eu la surprise de constater qu'ils utilisaient des caméras cachées en plus des "faux clients". Pour moi, c'est inadmissible. 

 

Voici ce qu'on peut lire sur le site. "Lutter contre la discrimination dans le secteur des titres-services est particulièrement difficile, précise Edouard Delruelle, directeur adjoint du centre. Ce secteur n'est pas directement comparable à celui, par exemple, du travail intérimaire, dans la mesure où les services sont dispensés dans la sphère privée, directement chez les gens. C'est d'ailleurs l'argument qu'avancent les entreprises de titres-services lorsqu'elles donnent suite aux demandes discriminatoires de leurs clients. Mais la discrimination est interdite par la loi et cette loi s'applique évidemment aussi au secteur des titres-services. C'est valable tant pour les clients qui émettent des demandes à caractère discriminatoire que pour les entreprises qui écartent spontanément des candidats pour anticiper les souhaits de leur clientèle."

 

Première remarque, Edouard Delruelle ne reprend pas ce qu'il a dit à la radio sur la langue parlée. Bien sûr, car le Centre n'est pas compétent pour les discriminations linguistiques. Il m'est arrivé de leur demander pourquoi le VDAB pouvait dire à un chômeur : "Vous êtes parfait bilingue, vous habitez la région flamande mais vous êtes wallon, je ne peux donc pas vous aider à chercher un emploi en Flandre." Réponse du centre : nous nous occupons uniquement des étrangers. (sic)

 

Le centre cite comme discrimination "l'origine, l'âge ou la religion." J'ai comme femme d'ouvrage (je sais qu'on ne dit plus cela) depuis cinq ans, une albanaise, originaire du Kosovo, qui est musulmane. Il est clair que si elle arrivait habillée d'une longue robe noire et d'un voile, je ne l'accepterais pas sauf si elle acceptait de se changer. Je n'imagine pas qu'on puisse faire du nettoyage vêtue comme cela. Je serais donc dans l'illégalité !

 

Je pense qu'Edouard Delruelle ne sait vraiment pas comment fonctionnent réellement les titres-services. Un client qui n'est pas content ne garde pas son travailleur. Et cela fonctionne dans l'autre sens, une travailleuse qui n'aime pas sa patronne, pour une raison ou une autre, s'en va sans même prévenir ! N'est-il pas préférable de mettre toutes les chances de son côté pour que le travailleur puisse rester ?

 

Il y a bien d'autres problèmes. Certaines n'acceptent d'aller travailler si le bus ne les dépose pas juste devant la maison (j'exagère à peine), si vous avez un chat ou un chien, trop de carreaux ou plus étrange (c'est du vécu) trop de livres alors que personne n'imaginerait faire nettoyer des livres !

 

Le contrat signé par le demandeur d'un travailleur est hallucinant. Il énumére les produits qu'on ne peut pas utiliser, les tâches interdites comme certaines pièces de la maison etc. Plus amusant, l'interdiction de relations sexuelles !

 

Quant aux vols, c'est absolument aberrant. Un client qui dit à l'agence ne plus vouloir quelqu'un qui vous a volé s'entendra répondre : "Très bien, je vais vous envoyer quelqu'un d'autre, je n'aurai aucune difficulté à replacer cette personne ailleurs". Il faudrait tout de même vérifier si l'allégation est vraie et au moins interroger la travailleuse, la mettre en garde,  cela ne se fait pas.

 

Il y aurait beaucoup de choses à dire. Je m'arrêterai là. Les titres-services sont très utiles, pour l'emploi et pour l'aide apportée. Leur fonctionnement est difficile. Inutile d'ajouter des menaces d'illégalité.