Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Envoyer ce Blog à un ami | Avertir le modérateur

28/05/2014

UN PEU D'HUMOUR.

georges clemenceau, le tigre, humour

 

Clemenceau, homme politique français (1841-1929) surnommé « Le Tigre » était réputé pour son humour.

Au député Jules Ferry qui avait exalté à la chambre des députés le rôle civilisateur de la France à l’égard des « races inférieures » il répondit :

« Races supérieures, races inférieures, c’est bientôt dit ! Pour ma part, j’en rabats singulièrement depuis que j’ai vu des savants allemands démontrer scientifiquement que la France devait être vaincue dans la guerre franco-allemande parce que le Français est d’une race inférieure à l’Allemand. »

On connaît sa trouvaille pour le titre donné à l’article d’Emile Zola en faveur du capitaine Dreyfus dans son journal L’Aurore : « J’Accuse ! »

Du général Boulanger qui se suicida sur la tombe de sa maîtresse : « Il est mort comme il a vécu, en sous-lieutenant » et encore, pour le même : « La guerre ! C’est une chose bien trop grave pour la laisser aux militaires. »

A un orateur ennuyeux à la Chambre des députés : « Reposez-vous ! – Mais je ne suis pas fatigué ! – Alors, reposez-nous ! »

A la mort d’un illustre savant, il proposa comme épitaphe : « Ci-gît Marcelin Berthelot. C’est la seule place qu’il n’ait jamais sollicitée. »

Clemenceau se plaignait d’un arbre, appartenant au lycée Saint-Louis, qui faisait de l’ombre à son bureau. Le principal le fit abattre « Mon Père, je peux bien vous appeler ainsi puisque vous m’avez donné le jour ! » Le principal lui répondit : « Mon Fils, je peux bien vous appeler ainsi car, grâce à moi, vous avez entrevu le ciel… »

A l’adversaire d’un duel qui recula devant l’épée de Clemenceau « Vous nous quittez déjà ? »

Lors d’une interview, observant son chien qui aboie : « On dirait un vrai ministre ! Il aboie en reculant. »

 « Une dictature est un pays dans lequel on n’a pas besoin de passer toute la nuit devant son poste pour apprendre le résultat des élections. »

« Un traître est celui qui quitte son parti pour s’inscrire à un autre ; et un converti celui qui quitte cet autre pour s’inscrire au vôtre. »

« Tout le monde peut faire des erreurs et les imputer à autrui : c’est faire de la politique. »

« Pour mes obsèques, je ne veux que le strict minimum, c’est-à-dire moi. »

 

Un humour parfois grinçant mais qui est passé à la postérité !

Les commentaires sont fermés.