Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Envoyer ce Blog à un ami | Avertir le modérateur

02/01/2014

VOUS AVEZ DIT DEMOCRATIE ?

Je suis tombée, par hasard, sur un article de la CGSLB (syndicat libéral) qui s’indigne d’être exclue du groupe des partenaires sociaux wallons.

De quoi s’agit-t-il ? Rudy Demotte vient de lancer son plan Marshall 2022. La première mesure a trait à l’amélioration de la concertation sociale en Wallonie, par le biais d’un groupe de travail. Ce groupe informel aura un rôle important à jouer dans le cadre de la mise en place de nouvelles compétences sociales envoyées aux autorités fédérées par la sixième réforme de l’Etat.

Le gouvernement wallon a chargé le CESW (Conseil Economique et Social de Wallonie) de fixer la composition et le fonctionnement de ce groupe. C’est le bureau du CESW qui est chargé de cette mission. Or, la CGSLB est membre du CESW mais pas de son bureau.

Un tour de passe-passe pour rejeter – une fois de plus – les libéraux. Très simple. Le bureau comprendra quatre représentants patronaux et quatre représentants syndicaux. Quatre, c’est-à-dire deux représentants syndicaux socialistes et deux CSC. Une manière habile de rejeter les libéraux. Même si la CGSLB est un « petit » syndicat par rapport aux deux autres, ce rejet se fait au détriment de ses affiliés. C’est cela la démocratie en Wallonie ?

Dans les deux autres régions du pays, ces organes informels sont déjà en place et ont choisi délibérément la collégialité plutôt que le rapport de force. Ils ont donc opté pour la volonté de mettre autour de la table toutes les composantes utiles au dialogue social. Comment ? Facile et démocratique : un groupe de six représentants et non quatre ce qui donne trois représentants syndicaux dont la CGSLB.

Dois-je rappeler que la CGSLB est présente dans des centaines d’entreprises en Wallonie, dans tous les secteurs, marchands et non-marchand ?

Socialistes et chrétiens, main dans la main, comme en politique !

La CGSLB n’est pas un syndicat comme les autres. Pas de culture de la grève par exemple…

Je reprends comment elle se définit :

« Le Syndicat libéral est un syndicat chaleureux qui donne la primauté à l’individu et privilégie l’approche locale. Les valeurs de liberté, de solidarité, de responsabilité et de tolérance constituent les quatre piliers de notre libéralisme social. »

J’ajouterai que leur indépendance politique est totale mais elle souffre certainement du mot « libéral » qui est trop souvent détourné de son vrai sens.

Cela ne l’empêche pas de participer en front commun dans la défense des intérêts des travailleurs. Mais, comme si cela allait de soi, la télévision montrera abondamment les drapeaux rouges et verts, pas le bleu…

Liberté journalistique, n’est-ce pas ?

Vous avez dit « démocratie » !

 

Commentaires

J'ai lu cela aussi, c'est lamentable.

Écrit par : Tania | 05/01/2014

Merci, Tania.

Écrit par : mado | 05/01/2014

Les commentaires sont fermés.