Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

10/04/2013

LENINE.

diane ducret, femmes de dictateur, lénine, féminisme

Diane Ducret consacre un chapitre de son livre  « Femmes de dictateur » à Lénine. Né le 10 avril 1870, il est décédé le 21 janvier 1924. Il s’appelait Vladimir Oulianov. Il avait fait des études de droit à l’Université de Saint-Pétersbourg. Il a participé à la Révolution russe qui a renversé le tsar, a fondé le parti bolchevik, institué le parti unique et les camps forcés ancêtres des goulags.

 L’auteur ne parle pas de sa vie de dictateur mais s’intéresse aux femmes qui ont fait partie de sa vie.

La première est sa mère. Il profitera de l’amour qu’elle lui vouait. Il lui demande continuellement de l’argent Elle accepte toujours. Elle lui envoie de la nourriture et des vêtements lors de ses séjours en prison et a même été jusqu’à déménager pour se rapprocher de lui. L’aimait-il ? L’auteur n’en dit rien.

Beaucoup de femmes ont aimé Lénine mais il n’en a véritablement aimé que deux, Nadia et Inessa.

Nadia, il l’a épousée, contraint, si je puis dire, parce qu’elle l’avait rejoint en Sibérie où il purgeait une peine de trois ans. Cest pendant ce séjour, au bord de la Léna qu’il décida de s’appeler Lénine. Nadia avait parcouru 8000 Km en train, trois jours en traîneau pour le rejoindre. « Il prend conscience de ce qu’elle avait fait pour lui. (...). Lénine est séduit par ce coup de force et accepte sans broncher sa nouvelle condition d’homme marié. »

Nadia était issue d’une famille noble mais pauvre et, très jeune, professait des idées progressistes. Elle s’occupera de sa santé, de son bien-être, supportera ses maîtresses et jouera un rôle politique important. Elle créera un magazine féminin « Femme ouvrière » qui remportera un grand succès.

Lénine n’avait guère d’estime pour les femmes. « Lénine répète à qui veut l’entendre qu’il n’a jamais connu une femme capable de lire « Le Capital », ni de  se débrouiller d’un tableau horaire de trains, ni même de jouer aux échecs. »

Et pourtant il va leur confier des rôles importants. Au gouvernement issu de la révolution d’octobre, il place des femmes à des places stratégiques. Sa soeur, Maria, à la rédaction de son journal, La Pravda, Inessa, à la direction du Soviet de Moscou, Alexandra est ministre. Plus tard, il sera entouré d’une véritable armada de secrétaires.

Pourquoi confie-t-il des postes importants à des femmes ?  Voilà ce que dit l’auteur : « Depuis son enfance, Lénine sait s’entourer de femmes, nombreuses à s’affairer autour de lui. Lénine ne fait confiance qu’à elles. Il a besoin de s’entourer d’une intimité qui ne soit pas celle de rivaux politiques. Comprenant très tôt l’enjeu que peut représenter cette masse brimée, il se présentera comme  un féministe (...) Nous ne pouvons exercer la dictature du prolétariat sans avoir des millions de femmes de notre côté »

Féministe, il ne l’était certainement  pas.  Ainsi, trouvera-t-il  stupide qu’Inessa veuille améliorer la condition des prostituées. Il  jugera  sévèrement sa défense de l’union libre. Position bourgeoise, dira-t-il, alors qu’il a longtemps vécu, à la fois, avec Nadia et Inessa !

Féministe, Inessa l’était.  Elle sera une ardente avocate de la liberté des femmes. Sa vocation remonte à une humiliation infligée par un pope. Alors qu’elle était enceinte de son troisième enfant, on lui avait refusé l’entrée de l’église parce qu’enceinte, elle était impure !

Une personnalité curieuse que celle d’Inessa. Elle avait été dans sa jeunesse amoureuse d’un jeune rebelle, Vlady, qui mourra  de la tuberculose. Mariéé à Alexandre Arnaud, elle semblait avoir trouvé l’équilibre qui lui avait manqué dans sa jeunesse :  la richesse, un mari gentil et attentionné. C’est son frère Vlad qui lui fera découvrir les milieux révolutionnaires.

Une amie l’amènera à une réunion semi-clandestine où elle rencontrera  Lénine. Elle n’est pas impressionnée par lui, qui, comme à son habitude, est mal vêtu, parle bien mais à l’air d’un moujik. Lui est conquis par cette jeune femme de quatre ans sa cadette. Il a trente-neuf ans. « Elle est habillée très à la mode, avec un chapeau sombre sophistiqué orné d’une plume rouge. Sous une masse indomptable de cheveux châtains, il remarque ses yeux immenses, sa grande bouche sensible,ses traits finement modelés. Rapide, intelligente, Inessa dégage une confince en elle inébranlable qui attire encore plus l’ardent idéologue. »

Comme Nadia, elle fera partie de ceux qui dirigeront le premier état communiste. Elle fondera une école pour diffuser  les idées de Lénine.  Chargée de la question paysanne, elle s’épuise. Elle en mourra.  Lénine est bouleversé. A son enterrement, il marche les yeux fermés, au bord des larmes.

Lénine sera victime d’une attaque. Se sentant perdu, il dictera à sa secrétaire une lettre qui peut-être considérée comme son testament. « Je pense que la présence au CC de membres tels que Staline et Trotski est une menace pour la stabilité. (...) En devenant secrétaire général, le camarade Staline a concentré entre ses mains un pouvoir immense, et je ne suis pas sûr qu’il sache toujours l’utiliser avec suffisamment de prudence. » Seule Nadia sera autorisée à l’ouvrir après sa mort.

Après la mort de Lénine, Nadia sera forcée de travailler avec Staline... Le jour de son anniversaire, en 1939, Staline lui enverra un gâteau qui l’empoisonnera... Elle sera rapidement incinéréé...

Je retiendrai le nom de deux féministes marxistes méconnues : Nadejda Kruhskaïo  et Inessa Arnaud Elles ne sont pas les seules femmes à ne pas être entrées dans l’histoire !

Commentaires

S'entourer de femmes pour se rassurer et les mépriser en même temps. Pouvoir et Ego.
J'ai trouvé ceci dans un article de L'Express (1996) : "Pendant soixante-dix ans la correspondance intime entre Lénine et sa maîtresse Inès fut l'un des secrets historiques les mieux gardés de l'Union soviétique. La raison? Rien ne devait porter atteinte à l'image d'un Lénine à la fois écolier modèle, révolutionnaire idéal et parfait époux, véhiculée par la propagande, et d'une Inès présentée au regard de l'Histoire comme une simple "camarade de lutte" de Lénine. Aujourd'hui encore les lettres les plus intimes du couple sont conservées dans un fonds secret des archives de l'Institut du marxisme-léninisme."
http://www.lexpress.fr/informations/l-amour-cache-de-lenine_617923.html

Écrit par : Tania | 10/04/2013

Merci, Tania. Je n"ai fait que dire ce que l'auteur disait. Elle parle de "ménage à trois", de la jalousie entre les deux femmes puis de leur rapprochement dans leur combat féministe. Elle fait allusion à la correspondance entre Inessa et Lénine sans en dire plus C'est assez normal que Lénine et le parti voulaient garder leur liaison secrète en la présentant comme une simple camarade.

Écrit par : mado | 11/04/2013

Les commentaires sont fermés.