Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Envoyer ce Blog à un ami | Avertir le modérateur

10/10/2012

ELECTIONS 2012.

élections 2012, bourgmestre empêché, laurette onkelinx, di rupo, bart de wever, anvers, débats électoraux, polémiques, respect de la démocratie

Comme tout le monde, j'ai reçu des prospectus. La NVA et le Vlaams Belang  sont les plus sobres. L'Open VLD s'est fendu d'une luxueuse brochure.  Les photos des candidats sont, comme au VLD, parfois assorties d'une brève biographie. Pas de programme sauf les slogans entendus partout : sécurité – propreté – mobilité. Pas de quoi rêver ou de se décider pour un parti plutôt qu'un autre. Même mon bourgmestre (SP-a) n'a pas pris la peine, dans sa lettre mensuelle, d'annoncer un quelconque projet. Il aurait pu parler du futur centre commercial.

Je reconnais que les prospectus s'adressant à tous les électeurs, il était impossible de les personnaliser bien que l'élection soit celle des communales et des provinces.

Il n'est donc pas étonnant que la campagne ait plutôt pris l'allure d'une campagne pour les législatives plutôt que pour les communales. Même – à de très rares exceptions – dans les débats organisés, les candidats déclinaient le programme de leur parti. Sans s'en cacher d'ailleurs : "Nous au x ou y , nous sommes pour...." Un bémol, sur RTL, l'arrêt dans les villes a permis aux futurs électeurs d'exprimer leurs revendications et les débats télévisés de cette semaine ont été plus branchés sur les communes.

En Flandre, Anvers occupe une place privilégiée. Duel entre le bourgmestre socialiste sortant et Bart De Wever qui n'a cessé, bien avant la campagne d'ailleurs, de dire qu'il visait le maïorat. Cela n'empêche pas certains d'affirmer qu'il aurait plutôt l'ambition de remplacer Chris Peeters en 2014. Autre affirmation, les élections législatives pourraient avoir un impact sur le gouvernement Di Rupo sans aller jusqu'à la dissolution car les partis au pouvoir comptent bien y rester.

Seule la polémique sur les bourgmestres empêchés relevait bien d'un intérêt communal. Certains citoyens trouvent intéressant d'avoir un bourgmestre ministre car il peut faire plus pour la commune ou s'il est ministre régional, obtenir plus de subsides de la Région. Le cas de Mons est frappant. Un Premier ministre se présente comme bourgmestre empêché parce qu'il tient à sa ville. Plus qu'au pays ? Allez, je n'irai pas jusque là. Les habitants de Mons sont bien conscients qu'ils ont obtenu beaucoup même quand Elio Di Rupo était président de parti, je comprends que les habitants apprécient.

Au niveau des principes, cela me choque. Etre Premier Ministre, président empêché, bourgmestre empêché, cela fait beaucoup. Je pourrais citer d'autres ministres s'apprêtant aussi à devenir un bourgmestre empêché mais cela ferait trop de noms à citer et je pourrais en oublier.

Je vais nuancer en disant que je comprends l'attachement que l'on peut avoir pour sa commune. Elio Di Rupo ne s'en cache pas, il suffit de se rappeler le discours à ONU.

Beaucoup disent que le remplaçant du ministre fait très bien le travail. Peut-être, quand il le peut. J'ai connu des bourgmestres faisant fonction qui ne pouvaient rien signer sans l'accord de leur "maître".

Autre principe choquant, les électeurs, s'ils savent qu'ils votent pour un bourgmestre qui sera empêché ne savent pas par qui. Il n'y a aucune règle pour la désignation du faisant fonction, qui peut d'ailleurs être remplacé par un autre au cours de la législature.

Il y a pire.  Je suis très choquée que Laurette Onkelinx vise le poste de bourgmestre alors qu'elle habite Lasnes et pas Schaerbeek. Etre domicilié dans une commune n'est pas synonyme d'y habiter. Je sais qu'elle a déclaré qu'elle tiendrait ses engagements au Fédéral puis reviendrait à Schaerbeek. Elle n'y habitera toujours pas. Je n'ai pas apprécié sa saga de promenade "dans une si belle commune". Elle nous avait déjà servi ce couplet en 2006 !

Apparemment, je ne suis pas la seule à être choquée. Lors du débat "connexions" beaucoup étaient du même avis sur Facebook ou Twitter mais, par prudence sans doute, Pascal Claude n'en a rien dit.

C'est d'ailleurs un reproche que je ferais aux débats pour lesquels on insiste pour que le téléspectateur donne son avis, mais où l'animateur retient ce qu'il veut parfois même ne cite personne ! Je sais qu'il est impossible de passer tous les messages mais la moindre des choses serait, quand il y a des avis divergents, de les résumer. C'est rarement fait.

Autre polémique, les accords préélectoraux. S'ils sont annoncés, parfait, disent certains. Je ne trouve pas car chacun sait qu'ils ne seront pas toujours respectés non seulement par obligation de respecter le vote des électeurs mais pour des raisons qui resteront inconnues.

Le débat sur la suppression des provinces n'a guère été évoqué. J'ai suivi celui où j'ai appris par Alain Destexhe combien les provinces coûtaient cher à la collectivité. Les compétences qu'elles exercent sont souvent partagées avec les régions. Moi, je connais surtout l'enseignement provincial qui est de grande qualité.

Une autre polémique constante elle aussi, les "attrape-voix". Je ne crois pas qu'on puisse reprocher à une personnalité du parti de "pousser" une liste. Le scandale se situe à Schaerbeek où le deuxième de la liste menée par Laurette Onkelinx est visé dans des tracts turcs antisémites. C'est évidemment inadmissible.

Une autre remarque me tient à coeur. Lorsqu'un groupe de citoyens se plaint des décisions prises par le gouvernement, les politologues répondent que la seule sanction est celle des élections et que c'est cela la démocratie.

En suivant la campagne électorale, en entendant tous les arrangements qui se feront après les élections, je me dis que la démocratie n'est pas aussi respectée qu'on voudrait nous le faire croire.

Fidèle à mes engagements de blogueuse, je me devais d'émettre quelques réflexions. Sans prétention. Uniquement pour exercer mes droits de citoyenne que je trouve bien malmenés par l'élection.

Les commentaires sont fermés.