Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Envoyer ce Blog à un ami | Avertir le modérateur

25/09/2012

CHARLIE HEBDO.

charlie hebdo, caricatures, manifestations, liberté d'expression

Nous avons été abreuvés d'informations sur les caricatures de Charlie Hebdo. Normales pour les uns, blasphématoires pour les autres, chacun déroulant ses arguments. Ceux qui les défendent affirment que la revue traite toujours l'actualité donc il était logique après les réactions violentes au film "L'innocence des Musulmans" de caricaturer le prophète. La revue est depuis toujours une revue satirique qui s'autorise à "rire" de tout, sans se préoccuper des conséquences. Ils ont usé de leur liberté d'expression, essentielle dans une démocratie.

Pour les autres, Charlie Hebdo a jeté de l'huile sur le feu et aurait dû se préoccuper des conséquences de leur publication.

Je le dirai franchement, je n'ai pas apprécié les caricatures. Je ne les rends pas responsables des émeutes qui ont suivi leur parution mais, pour moi, Charlie Hebdo a franchi la ligne rouge. Montrer le prophète les fesses en l'air dans une position équivoque est-ce vraiment de l'humour ? Ma réaction serait la même si, au lieu de Mahomet, Elio Di Rupo, par exemple, avait été caricaturé comme cela et je doute fort qu'il aurait apprécié.

Les deux "camps" ont affirmé qu'ils étaient pour la liberté d'expression. Le problème est bien là. La liberté d'expression serait-elle la seule liberté qui ne connaîtrait pas de limites ? Impossible de souscrire à cette affirmation. Toutes les libertés connaissent des limites celles imposées par la loi, bien sûr, mais aussi le respect de l'autre. Peut-on imaginer une société, un couple, une école où sous prétexte de la liberté d'expression on pourrait tout dire sans tenir compte de l'autre, sans se préoccuper de ce qui peut être interprété comme une insulte ou même simplement blesser ? Je ne le crois pas.

Ce qui me semble grave est que le respect de l'autre qui devrait être une valeur essentielle est constamment bafoué. Les exemples sont multiples : insultes dans les rues, dans les écoles, même dans les entreprises (harcèlement) les couples (mépris de la femme).

Il est donc paradoxal de chercher à punir les incivilités, pour utiliser un terme à la mode, et de défendre le "je peux tout dire".

Les journaux ont leur déontologie, elle concerne aussi bien les journalistes que les caricaturistes. Ce qui risque de blesser les lecteurs sera censuré à juste titre et je crois pouvoir dire, accepté.

J'admets que les caricatures ou les vidéos peuvent donner lieu à une manipulation qui pousse les gens à sortir dans la rue "pour défendre l'honneur de leur prophète". C'est un fait, doit-on en tenir compte ou pas ?

Je suis toujours étonnée que le vendredi, jour des prières pour les Musulmans, soit le jour privilégié des manifestations. Comment ne pas se dire qu'un jour de prière devient un jour d'incitation à la haine. Je n'ai jamais compris cela.

J'ai longtemps hésité à écrire ce post. Je me disais que je ne pourrais rien ajouter à ce qui avait déjà été dit. Mais voilà essayer de clarifier sa pensée est presque un impératif pour une blogueuse. C'est fait.

Les commentaires sont fermés.