Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

24/08/2012

DOMINIQUE FABRE.

Dominique Fabre, j'aimerias revoir callaghan, amitié, solidarité, rêves, sdf

Dominique Fabre est né en 1960 à Paris. A trois ans, il est placé dans une famille d'accueil. A douze ans il habite avec sa mère et sa soeur dans une HLM à Asnières mais est aussitôt placé dans un internat jusqu'à la terminale. Il obtient une maîtrise de philosophie à Nanterre. Il vit de petits boulots en France puis en Nouvelle-Orléans où il restera un an. Correcteur pour le "Journal du textile" il publie son premier roman "Moi aussi un jour,  j'irai loin" en 1995. (voir billet du 31 janvier 2012).

Il publiera une dizaine de romans : Ma vie d'Edgar" "Celui qui n'est pas là" "Fantômes" "Mon quartier" "Les types comme moi" " Les prochaines vacances".

Comme dans son premier roman, il s'intéressera surtout aux plus démunis. Son enfance est aussi très présente dans ses livres. Actuellement, il enseigne l'anglais.

J'AIMERAIS REVOIR CALLAGHAN.

Jimmy Callaghan est le fils d'un maçon anglais et d'une mère remariée en Provence. Il intrigue ses amis de l'internat par ses départs et retours à l'internat dont il ne donne pas la raison. De plus, le week-end, il vit seul dans un petit appartement à Paris.

Le narrateur est subjugué par Jimmy. "Callaghan me sourit de temps en temps avec son regard bleu anglais. Je me souviens qu'il laisse traîner sa jambe qui bat nonchalamment derrière et dessus le bureau. Il portait des pantalons de toile beige clair ou des jeans blancs. Il était un modèle d'élégance pour moi".

Le narrateur parle peu de la vie en internat. Le plus important semble être de passer à travers le grillage dans le bois de Saint-Cucufa pour rejoindre des filles d'un internat voisin et, surtout, d'attendre le retour de Callaghan. "Sous mes yeux il est redevenu lui, et je ne sais pas ce qui me rend heureux, le voir ou simplement me rendre compte qu'il n'est pas perdu, qu'il sera toujours parmi nous, qu'il sera encore là pour alimenter mes rêves."

Petit à petit, Callaghan se dévoile, parle de sa famille. Son père, très malade vit à Londres dans la petite maison de sa tante Myriam. Sa mère est remariée avec un "type qu'il n'aimait pas". Une fois de plus, il quitte l'internat.

Huit jours plus tard, la police débarque à sa recherche. Il a disparu. Ses compagnons le retrouveront caché dans le bois, près de l'internat. Ils le prennent en charge, lui apportent nourriture et vêtements. Une fois de plus, il disparaît et cette fois définitivement.

Vingt ans après, le narrateur le retrouve par hasard dans la rue, avec une énorme valise. Il est devenu SDF. Il lui propose de dormir chez lui ou plutôt chez sa femme, dont il vient de se séparer. Comme la maison lui appartient, il doit la quitter et chercher un logement. Il s'installera à Asnières, au grand étonnement de ses amis. "J'étais allé jusqu'à Paris dans ma vie et là, je retournais où j'avais passé mon enfance, en banlieue. Ca allait bien m'aider à cicatriser, Asnières." Jimmy l'aide à déménager puis s'en va, une fois de plus, lui demandant de garder sa valise.

C'est la première fois que le narrateur parle de lui. Il souffre d'avoir quitté Hélène surtout quand il apprend qu'elle attend un enfant d'un autre. Il est prof d'anglais depuis quelque temps et regrette de ne pas avoir écrit de livres comme il en avait rêvé dans son adolescence. "Et toutes ces vieilles histoires qui me revenaient en boucle, depuis trois ans que je vivais seul, et que j'essayais de les raconter. Alors si je réussissais enfin à le faire, je serais peut-être plus vivant, moi aussi ?"

Son obsession de Callaghan ne l'a pourtant pas quitté après autant d'années. Il a rencontré une fille, Carole, mais il en parle peu.

Il finira par ouvrir la valise de Callaghan qui contient toute sa vie. Son mariage en Australie, sa fille, l'échec de son entreprise, sa fuite en France à cause de ses dettes. Il décide de lui rapporter sa valise à Londres où il le découvre gérant d'un pub.

L'histoire finit là, elle est devenue un livre mais son désir de revoir Callaghan est intact :"Il m'arrive encore de me dire que j'aimerais revoir Callaghan, que j'aimerais tous les revoir, en fait. Ca me prend de temps en temps quand tombe la nuit, pour espérer trouver le sommeil, ou que je vois une ombre assise toute seule sur le banc d'un arrêt de bus."

Difficile de juger ce livre. Il se lit facilement, est même agréable. Il a obtenu le Prix des Lecteurs, mais cette obsession d'un ami de classe, est difficile à comprendre. La solidarité entre les amis de l'internat, qui s'étend sur plusieurs années, toute une vie même est bien réelle et, il faut bien le dire, inhabituelle.

J'aurais aimé que le narrateur parle un peu plus de lui. Il se considère comme un "raté" sans véritable explication.

Bon roman ou non, c'est au lecteur de juger.

Les commentaires sont fermés.