Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

03/07/2012

ACADEMIE FRANCAISE.

Académie française

 

L'Académie française a été fondée en 1635 par le cardinal de Richelieu sous Louis XIII. Indépendants vis-à-vis de l'université et de toute forme de mécénat, les académiciens sont les gardiens du bon usage de la langue française. Ils se réunissent une fois par semaine pour la correction et la mise à jour d'un Dictionnaire de langue française édité par l'Académie.

La première édition fut publiée en 1694. La neuvième édition, dont la publication a débuté en 1992, est en cours.

Une autre fonction, moins connue de l'Académie, est la distributions de distinctions, de bourses et de prix littéraires. Il est bon de savoir qu'un académicien ne peut pas recevoir un prix littéraire comme, par exemple, le Goncourt.

La grande majorité des académiciens sont des hommes de lettres mais elle a très vite accueilli des hommes d'Etat, des avocats, des médecins, des hommes de sciences et des éclésiastiques.

Actuellement, ses domaines sont très vastes : littérature, poésie, philosophie, théâtre, histoire, langage, politique, sciences, art.

Je citerai quelques noms connus de personnalités, hors littérature, ayant siégé à L'Académie : Jules Favre, avocat et homme politique, Georges Clemenceau, homme d'Etat, Jean-Marie Lustiger, cardinal, Henri Bergson, philosophe, Emille Littré, lexicographe, Henri Poincaré, mathématicien, René Clair, réalisateur.

La liste des académiciens est évidemment très longue. Depuis sa fondation, elle a accueilli 722 immortels. Beaucoup d'entre eux ne sont pas passés à la postérité. Ceux qui sont encore connus actuellement sont surtout des écrivains et des poètes qui figurent dans nos livres de littérature. Ils sont trop nombreux que pour les citer tous : Jean Racine, Pierre Corneille, Alphonse de Lamartine, José-Maria de Hérédia, Alfred de Musset, Sully Prud'homme, Prosper Mérimée, Georges Duhamel, René Bazin, Paul Valéry et beaucoup d'autres.

La première femme entrée à l'Académie est Marguerite Yourcenar en 1980. Suivront Jacqueline de Romilly, Hélène Carrère d'Encausse (secrétaire perpétuel depuis 1999), Florence Delay, Assia Djebar, Simone Veil et Danièle Sallenave.

Parmi les académiciens actuels on retrouve notamment Jean d'Ormesson, le plus ancien, (1973), Alain Decaux, Erik Orsenna, Valéry Giscard d'Estaing, Max Gallo, Simone Veil, Jean-Loup Dabadie, François Weyergans, Michel Serres et le benjamin, Jean-Christophe Rufin.

L'Académie se distingue par la très forte part qu'y prennent les rites : le costume, l'épée, le bicorne,  le solennel discours d'intronisation. L'élection des académiciens par leurs pairs est souvent critiquée ce qui me semble une polémique assez vaine. Mais c'est vrai qu il faut plaire, il y a des refus, les places sont chères... Certains postulent plusieurs fois avant d'être élus ! Par contre, certains académiciens se battent vraiment pour leur candidat. Il suffit de penser aux confidences de Jean d'Ormesson !

La qualité d'académicien est une dignité inamovible. Nul ne peut démissionner. Des exclusions peuvent être prononcées pour de graves motifs entachant l'honneur. Ainsi, Philippe Pétain a été radié

Faire partie de l'Académie française est un grand honneur pour un écrivain. Voir son nom suivi de la mention "de l'Académie française" est une fierté même si certains affirment, sans rire, qu'ils n'y accorent pas d'importance !

Est-ce vraiment un label de qualité ? A mon humble avis, non. Du moins, pour le lecteur. De même d'ailleurs que les prix prestigieux. Qui n'a pas, un jour, acheté un Goncourt qui lui est tombé des mains ? De plus, ce ne sont pas toujours les meilleurs livres, décrétés tels par les critiques, qui sont les plus vendus. Certains écrivains populaires rencontrent un grand succès. Je trouve cela normal. Chacun cherche dans ses lectures ce qu'il a envie d'y trouver et c'est très bien.

Pourtant, l'Académie est une institution qui rend hommage à la France. Les rites peuvent paraître ridicules mais notre époque dégingandée ne manque-t-elle pas justement d'un peu de solennité ?   

Les commentaires sont fermés.