Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

19/02/2012

CONTROVERSE.

 

L'émission était consacrée à l'enseignement, plus spécialement au désamour des enseignants pour la profession. Un enseignant sur deux (sur trois ?) quitte l'enseignement et on s'attend à une pénurie, réelle déjà, mais qui va s'accentuer, voire devenir grave dans les années prochaines.

 

Premier argument invoqué par une enseignante qui témoigne anonymement, les enseignants ne sont plus estimés. Ce n'est pas neuf ! De plus cela concerne bien des professions. Le médecin n'a plus le prestige qu'il avait, ni l'avocat, ni le notaire...

 

Antienne pas neuve non plus, le reproche fait aux enseignants d'avoir trop de congés. A contrario, je dirais que cela devrait encourager les jeunes à devenir enseignant, car, c'est vrai c'est un luxe de pouvoir s'occuper de ses enfants le soir et de ne pas avoir la hantise des congés scolaires. Mais, soyons justes, cela concerne surtout les mères de famille et je ne crois pas qu'un jeune ait cette préoccupation.

 

J'ai trouvé le débat très ennuyeux et si j'en parle c'est que je trouve qu'il était hors réalité. La violence qui règne dans les  écoles est, selon moi, la principale cause du rejet du métier. Dire, pudiquement, les enfants ne sont plus les mêmes, c'est un peu court. L'école n'est jamais que le reflet de la société. Celle-ci est de plus en plus violente et personne jusqu'ici n'a trouvé la potion magique qui la rendrait moins violente. Que de débats sur les incivilités ou sur la  délinquance ! Sans aucun résultat.

 

Autre tarte à la crème, le manque de formation des profs. Et cette proposition que je trouve complètement aberrante faite par la CGSP et le ministre Marcourt de prolonger les études, autrement dit de faire de tous les enseignants des universitaires. Sans rire, le délégué CGSP affirme et, c'est vrai, qu'il faudrait évidemment payer tous les enseignants, de la maternelle au secondaire, au barème des licenciés. Bonne chance pour trouver l'argent !!!

 

Si certains jeunes apprécieraient de pouvoir faire un master après un régendat, je ne crois pas que ce soit dans l'esprit de devenir enseignant. Présenter cette mesure comme un remède à la pénurie est pour le moins paradoxal. Dois-je rappeler que l'enseignement universitaire coûte très cher et que les parents seraient donc les premiers pénalisés par cette mesure ?

 

La sagesse populaire dit : "C'est en forgeant qu'on devient forgeron". Je ne veux pas dire qu'une formation n'est pas nécessaire mais le métier on l'apprend sur le tas. Je ne crois pas à la multiplication des formations. Croit-on sérieusement qu'une brochure énumérant ce qu'il faut faire ou pas en cas de conflits serait efficace ? Par contre, parler de ses problèmes avec un collègue qui s'en sort mieux peut être une véritable aide. Cela se fait déjà, sans qu'il soit besoin de mettre des structures en place. Remplacer quelques heures de cours des séniors pour aider les jeunes ne me semble pas une bonne idée. C'est trop artificiel. Et les séniors en auront-ils vraiment envie ?

 

La ministre a aussi parlé de la réforme des titres. Un chantier qui a toujours échoué et date au moins des années septante. Quant à l'article 20, il a toujours posé problème. Le débat m'a appris qu'on y avait de plus en plus recours. Il est en tous cas indispensable pour certaines formations professionnelles. Et pour certains, cela se passe bien.

 

J'avais déjà, le 21 mai 2008, parlé de la pénurie des profs. Je ne vais pas redire tout ce que je disais à ce moment-là. Je suis seulement attristée que rien n'ait changé.

 

Commentaires

J'ajoute que la proposition du ministre Marcourt et de la CGSP de faire de tous les enseignants des universitaires est non seulement aberrante mais une gifle envoyée aux instituteurs et aux régents qui ne méritaient pas cela.

Écrit par : mado | 20/02/2012

Evaluation du Segec reprise par la DH : allongement des études : 40 millions d'euros par an; revalorisation barémique des enseignants : 428 millions d'euros par an.
D'accord avec le Segec : il y a bien d'autres priorités et d'autres moyens pour améliorer l'enseignement.

Écrit par : mado | 29/02/2012

Les commentaires sont fermés.