Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

29/08/2011

C'EST LA RENTREE !

 

controverse,mise au point,olivier maingain,bhv,bruxelles

 

Rentrée de vacances pour ceux qui ont eu la chance d'en prendre, rentrée scolaire, rentrée politique et retour des débats dominicaux.

 

CONTROVERSE.

 

Le thème est le slogan d'Anne Demelenne mais sous la forme interrogative : Faut-il faire payer les riches ?" Un oui sans surprise au premier tour de table. Très vite, l'unanimité craque. Qu'est-ce qu'un riche ? A partir de quels revenus ? Biens immobiliers + revenus professionnels ? Brouillard. Il est vrai que la question, si simple dans la bouche des syndicats, devient drôlement compliquée quand il s'agit d'être précis. Rappel de ce qu'on entend souvent : "Attention à la fuite des capitaux. Certains postes à responsabilité méritent bien un salaire élevé. Les politiques n'ont rien à dire dans le privé. Seuls devraient être concernés les entreprises publiques où l'état est actionnaire."

 

Je ne vais pas refaire le débat d'ailleurs peu audible. Je retiendrai seulement que l'écart entre hauts et bas revenus s'est agrandi et que c'est insupportable. De plus, c'est important, n'importe quelle taxe sur les riches rapporterait bien peu par rapport aux millards nécessaires. Dire, comme le martèle la FGTB, que cela règlerait tout est une tromperie.

 

Pour preuve que rien n'est simple, la proposition d'Etienne Davignon d'une cotisation de solidarité temporaire est jugée, par certains, être une aumône. Je repense à la fameuse déclaration de François Hollande : "Je n'aime pas les riches."

 

MISE AU POINT.

 

Thème du débat, les négociations. Il était faussé dès le départ puisque tous ont bien dit que les négociations ne se faisaient pas sur un plateau de télévision et que la discrétion était indispensable pour  la réussite. Seule exception, Olivier Maingain et, ce qui était assez marrant, c'est de constater que finalement, le débat tournait autour de lui. Tout le monde connaît ses propositions. Il les a rappelées assez souvent. L'élargissement de Bruxelles, la ratification de la convention-cadre sur la protection des minorités, la nomination des bourgmestres dans les communes à facilités.

 

Les politiques sur le plateau ont été d'une grande prudence. L'élargissement de Bruxelles ? Il y a différentes formules, on verra en négociations...

 

Je m'attendais à ce qu'on rappelle ce que les francophones ont toujours dit : compensations si BHV est une scission pure et simple, non négociée et surtout, l'indispensable, le refinancement de Bruxelles.

 

Olivier Maingain, a été beaucoup plus loin que ce qu'il dit d'habitude. En périphérie, si la scission de BHV, se fait, même négociée, un francophone ne pourrait plus passer son permis de conduire, comme c'est le cas actuellement, à Bruxelles. Pas de réaction, je pense que l'argument n'était pas connu, du moins c'est mon impression. Alors, tant qu'il y était, Olivier Maingain a été beaucoup plus loin, en demandant qu'il y ait des écoles francophones en périphérie, ajoutant avec l'air sérieux qu'il a habituellement, que cela ne le gênait pas qu'il y ait des écoles flamandes en Wallonie ! Là, je crois qu'il a perdu des points car ce n'est évidemment pas une revendication des francophones de la périphérie et il sait très bien que c'est surréaliste. Pour moi, il a perdu en quelques phrases toute crédibilité.

 

J'ai déjà dit que je ne voyais vraiment pas en quoi l'élargissement de Bruxelles, autrement dit, trois ou six communes, qui deviennent bruxelloises, était vital pour la survie du pays. Je dirais même le contraire. On sait que c'est un tabou flamand infranchissable, donc qui compliquerait encore la recherche d'un compromis. De plus, la volonté de rattacher Bruxelles à la Wallonie, m'apparaît bien comme prémisse de scission du pays.

 

Je ferais remarquer à Olivier Maingain que l'exemple de son permis de conduire n'est pas propre à la scission de BHV mais aux transferts des compétences aux régions, or, paradoxalement, il affirme haut et fort qu'il est régionaliste !

 

Pour moi, je n'ai pas changé d'avis. Il faut scinder BHV, sans toucher aux limites territoriales de Bruxelles, en préservant comme la note Di Rupo le prévoit, les droits d'être jugé dans sa langue.

 

Je regrette toujours que les partis au nord comme au sud, n'aient pas plutôt concentré leurs efforts sur une Belgique à quatre régions, non à deux. Cette hypothèse n'a jamais été retenue. Pourquoi ? En arrière fond, on sent bien que la scission du pays plane comme une menace. Elle pèse lourd, même si les politiciens savent bien qu'elle n'est pas réelle. Cela a été assez démontré. Il y a surtout, ce qui ne se dit pas, la crainte de pertes électorales, de pouvoir.

 

Les politiciens évoquent aussi le danger d'une cogestion de Bruxelles par la Flandre. Or cet argument devrait justement les inciter à travailler pour l'autonomie entière de Bruxelles. Plus les francophones affirment que Bruxelles leur appartient, plus les flamands tiennent à la cogérer. La logique voudrait que Bruxelles soit rendue aux Bruxellois.

 

Je voudrais aussi insister sur les compétences supplémentaires données aux régions. Celles-ci sauront-elles les assumer ? Que deviendra le Fédéral ? La Belgique sera-t-elle encore viable quand le fossé nord/sud se creusera davantage ? Je sais que l'on nous dit le contraire. Les réformes entreprises doivent faire de la Belgique un état moderne. Peut-être, mais viable ?

 

Les commentaires sont fermés.