Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Envoyer ce Blog à un ami | Avertir le modérateur

22/06/2011

JEAN-CHRISTOPHE RUFIN.

Rufin2.jpg
 
 

 

Jean-Christophe Rufin est né à Bourges le 28 juin 1952. Médecin, il est l'un des pionniers de Médecins sans frontière. Il a dirigé des missions en Afrique de l'Est et en Amérique latine.

 

Diplômé de Sciences Po, il s'expatrie au Brésil en 1989 comme attaché culturel et de coopération auprès de l'ambassade de France. En 2007, il est nommé ambassadeur de France au Sénégal. Il démissionne le 30 juin 2010.

 

Dans son premier essai "Le Piège humanitaire", paru en 1986, il examine le rôle des ONG dans les conflits. Il dénonce notamment le paradoxe des mouvements "sans frontières" qui, en aidant les populations, font le jeu des dictateurs.

 

Son roman "L'Abyssin" paru en 1997 est couronné Prix Goncourt du premier roman. "Rouge Brésil" publié en 2001 reçoit le Prix Goncourt. Suivront notamment "Globalia"" La Salamandre" "Katiba"

 

Il a été élu à l'Académie française le 19 juin 2008 au fauteuil d'Henri Troyat.

 

LA SALAMANDRE.

 

Catherine, quarante-six ans, d'origine modeste, a exercé différents métiers. Son ambition : devenir indépendante. A vingt et un ans, elle gagne suffisamment pour pouvoir louer une chambre. Elle épouse Roger, qui travaille dans la même entreprise qu'elle, mais ils se séparent après un an.

 

Catherine est embauchée comme secrétaire dans un journal et gravit lentement les échelons. En dix ans elle devient cadre. Elle ne vit plus que pour son travail. "Sa vie s'organisa autour du travail avec la haine des dimanches, le secours de la télévision, l'affection d'un chat et l'usage fréquent de somnifères."

 

La direction la pousse à prendre des vacances. Elle décide d'accepter l'invitation de son amie Aude de se rendre au Brésil. Aude est mariée à un professeur, Richard. Celui-ci lui raconte une anecdote qui révèle ce qu'il pense du Brésil. Ayant été opéré des yeux, le taxi qui l'emmène chez lui est braqué. Il est roué de coups jusqu'à ce qu'il donne son argent, son téléphone et sa carte de crédit. "C'est le Brésil, conclut Richard avec un sourire un peu pensif, un peu méprisant aussi. Des chirurgiens formés aux dernières techniques et des types dans la rue qui tueraient un aveugle pour dix dollards."

 

Aude emmène Catherine à la plage : "Le sable formait de petites dunes plantées de cocotiers qui isolaient du bruit de l'avenue. Des cabanes de bois et de palmes, construites tous les cent mètres environ servaient d'entrepôts pour les noix de coco fraîches et de débit de boissons." Une cabane est tenue par une vieille femme, Conceiçao, qui emploie des gamins abandonnés pour vendre des sodas et des bières.

 

Aude étant partie, Catherine vient seule à la plage. "Tout à coup, un grand garçon sorti de nulle part s'assit à côté d'elle et lui sourit."

 

Cette rencontre est le début d'une histoire d'amour. Catherine tombe amoureuse de Gil, un métis, qui devient rapidement son amant. Gil l'emmène partout et Catherine le comble de cadeaux.Elle a découvert l'amour, un amour qui la transforme. Elle, qui était tellement attachée à son indépendance, ne vit plus que pour Gil."Catherine se méprisait d'avoir tenu jadis tous ces propos sur l'indépendance quand pour elle aujourd'hui la liberté véritable c'était au contraire de dépendre de la satisfaction de Gil."

 

Ses amis la mettent en garde sur Gil, probablement un trafiquant, mais elle les quitte pour vivre avec lui. Elle ne vit plus que pour le rendre heureux. Elle rentre à Paris, démissionne, vend son appartement, tout ce qu'elle a pour revenir vers lui et lui donner une somme énorme pour acheter un bar.

 

Elle ne voit plus le Brésil de la même manière. Elle côtoie la pauvreté, s'installe avec lui dans un quartier pauvre. De touriste, elle est passée de l'autre çôté, celui des truands. Mais sa relation avec Gil change. Alors qu'il avait toujours gardé une distance respectueuse, il se met à la maltraiter, à l'injurier, il est "son maître". "Une part d'elle-même se révoltait mais faiblement tandis qu'une autre se troublait à éprouver le plaisir que lui causaient ces humiliations".

 

Gil va l'abandonner. Le roman se terminera dans une horreur absolue.

 

Christophe Rufin affirme que l'histoire est vraie mais qu'il a mis longtemps à pouvoir l'écrire. Le titre est inspiré d'une croyance traditionnelle qui attribue à la salamandre la capacité de vivre dans le feu.

 

L'auteur insiste sur la haine qui animent parfois les Brésiliens pauvres, devant la richesse des touristes. Ainsi, un ami de Gil, dira à Catherine "Sais-tu comment cela s'appelle quand un pauvre prend l'argent d'un riche ? La justice, tout simplement."

 

Que penser de l'amour qu'éprouve Catherine pour Gil ? Un amour qui lui fait tout accepter, la plonge dans ce que nous qualifierions de déchéance. Au contraire, Catherine parle "d'amour pur, celui que l'on offre et qui n'attend rien."

 

J'ai beaucoup aimé le roman mais il est difficile d'accepter que Catherine aille aussi loin dans ce qu'elle accepte et y trouve un bonheur qu'elle n'avait jamais connu.

 

Les commentaires sont fermés.