Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

20/06/2011

LIBRES PROPOS.

 

Comment avoir envie d'écrire quand on a l'impression d'avoir déjà tout dit sans aucune chance d'être écoutée ? L'écriture délivre, dit-on, c'est peut-être une raison suffisante pour m'exprimer.

 

GREVE.

 

La grève, m'a-t-on toujours dit, est un moyen ultime qu'ont les citoyens pour protester, faire pression sur leur patron ou l'Etat, un droit sacré. Tous ceux qui prennent le bus pour se rendre au travail ou à l'école ont très mal pris la grève du TEC. Le mécontentement de 17 personnes réclamant une prime a pénalisé beaucoup de monde. La disproportion entre le motif de la grève et les dommages subis par la population est flagrante. Les syndicalistes auxquels les journalistes ont fait remarquer que le moment était mal choisi n'ont pas hésité à les rembarrer vertement. "Il n'y a jamais de bon moment" "Une grève doit faire mal". Langage connu mais inacceptable dans ce cas précis.

 

Je ne comprends pas que les centrales syndicales ne l'aient pas condamnée. Certes, il y aura toujours des grèves sauvages parce qu'il suffit d'un mécontentement local pour que le personnel se mette en grève. Est-ce acceptable ? En agissant ainsi les travailleurs ne banalisent-ils pas la grève ? Les centrales syndicales devraient, au moins, se poser le problème au lieu de reprendre un autre refrain connu : "Il y a grève quand la concertation sociale, que nous privilégions a échoué." Cela ne correspond pas à la réalité.

 

MOUVEMENT REFORMATEUR.

 

Charles Michel a rencontré Bart De Wever. Une rencontre qui devrait être considérée comme normale, même encouragée. Que des présidents de partis se parlent, n'est-ce pas ce que tout le monde souhaite ? Comment comprendre les critiques violentes qui ont suivi ? "Trahison du front francophone" "Scandaleux" ! Décidément, le bon sens est absent du jeu politique, j'irai même plus loin, le respect de la démocratie, aussi.

 

"La gauche bloque autant que la NVA". Propos vigoureusement condamnés par Laurette Onkelinx qui parle d'arrogance, par le CDH, par Jean-Michel Javaux qui y voit un manque d'humilité. Et de reprendre son refrain habituel sur la responsabilité des libéraux en 2007. Une manière de réécrire l'histoire. Tout le monde sait maintenant que l'orange bleue a échoué parce que le CDH voulait le retour des socialistes au pouvoir, ce qu'il a obtenu.

 

Pour moi, l'erreur a été d'écarter les libéraux des négociations en prétextant que puisqu'il s'agissait de donner de nouvelles compétences aux régions, l'Olivier seul devait négocier. Ne soyons pas cruels, mais la situation actuelle devrait, pour reprendre les propos de Jean-Michel Javaux, appeler l'Olivier à un peu "d'humilité" ! Comment peut-on affirmer que seul l'Olivier était en droit de négocier une réforme qui allait chambouler complètement le pays ? Pour moi, il s'agit d'un déni de démocratie.

 

CERTIFICAT D'ETUDE DE BASE.  

 

Je souhaite bonne chance à tous les écoliers qui le passent. Mais, déjà, les écoles en immersion soulignent leurs difficultés. Les enfants qui ont suivi un cours en néerlandais ne connaissent pas l'équivalent des mots en français. Les écoles ont essayé de "rattraper" mais ce n'est pas évident. Pour moi ce CEB n'est peut-être pas une très bonne idée. Personne ne peut nier que toutes les écoles primaires sont du même niveau. Je crains qu'on ne se serve des résultats pour établir les listes des "bonnes" écoles.

 

J'ai aussi trouvé très cynique la remarque de Marie-Dominique Simonet qui affirme que des places vont se libérer parce qu'il y aura des échecs. Dans quelles écoles ?

 

GOUVERNEMENT.

 

La note du formateur est attendue avec un certain scepticisme. On verra. En attendant la situation de la Grèce, inquiète la zone euro. La Belgique aussi pourrait être concernée. Et si le gouvernement démissionnaire a fait ce qu'il a pu, obtenant même un bon bulletin de l'Europe, on peut craindre des difficultés si la situation actuelle se prolonge.

 

Sans vouloir être trop pessimiste, je crains aussi qu'un gouvernement formé, les difficultés seront encore aggravées. Quel sera l'arbitrage entre des programmes socioéconomiques aussi éloignés ? Quelles répercussions économiques pour les régions si les réformes passent ?

 

Gouverner, dit-on, c'est prévoir. Encore faut-il ne pas se tromper.

 

11:46 Publié dans Politique. | Tags : grève, mr, ceb, gouvernement | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.