Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

11/05/2011

UN ROI SANS PAYS.

Le livre de Martin Buxant et Steve Samyn a suscité une vive polémique. Je n'avais pas l'intention d'en parler mais les nombreux entretiens donnés à la radio ou à la télévision m'ont agacée. Qu'ils fassent la promotion de leur livre est normal mais le faire avec une telle arrogance est ahurissant.

 

Je reprends un petit échantillon de leurs réponses, que je cite de mémoire.

 

Vous avez rompu le colloque singulier ? – Pas nous, les politiques. (Evidemment, mais ils ont "raconté" les entretiens avec le Roi, ses sentiments.) – Leur justification ? – Nous sommes des journalistes d'investigation, c'est notre boulot. Nous sommes d'une autre génération, celle qui réclame la transparence.

 

Le moment n'était-il pas mal choisi ? – Nous avons travaillé un an, pourquoi attendre ?

 

Les politiques ont démenti : qu'en dites-vous ? – Ce sont de faux culs, des hypocrites. Ils ont d'ailleurs réagi très vite sans avoir lu le livre. (Beaucoup d'extraits étaient déjà dans la presse.)

 

Vous attendiez-vous à une réaction du Palais ? – Non, nous pensions mériter des félicitations, c'est un livre écrit par un francophone et un flamand. (Naïveté ou provocation ?) Le Palais relève deux inexactitudes, ce qui est une reconnaissance que tout le reste est vrai. (Le communiqué du Palais dit "notamment"...) Nous avons interrogé beaucoup de monde, des politiques, des gens du Palais et recoupé toutes les informations.

 

Tiens, un entretien avec le Roi, ce sont deux personnes. Comment peuvent-ils recouper les affirmations ? En se basant sur un tel a dit, un autre a dit... des personnes qui n'étaient pas là !

 

Les constitutionalistes ne sont pas d'accord avec vous. C'est bien une rupture du colloque singulier qui fragilise le Roi. Tous ne disent pas cela. Le colloque singulier est une tradition qui ne repose sur rien. (Ils maintiennent même quand un ancien collaborateur du Palais et un professeur d'université essaient patiemment de leur expliquer en quoi le colloque singulier est important.)

 

Le chapitre sur Philippe ? – Nous avons reproduit ce que nous avons entendu, c'est tout.

 

Je m'arrête là. Pour moi, c'est clair, ils ont fragilisé le Roi, jeter le discrédit sur les politiques et sur leur journal. Certains – à tort ou à raison – s'étonnent que la Libre ait promotionné leur livre.

 

Francis Van de Woestyne a essayé de défendre son collègue, c'est normal. Il ne m'a pas convaincue. J'ai remarqué que les deux articles avaient été retirés du site internet très rapidement.

 

Je pense que ces journalistes auraient pu écrire un très bon livre qui n'aurait pas suscité de polémique. Citer les faits, les analyser, sans reprendre les paroles du Roi ou des politiques, c'était très possible. Leur souci de transparence ne les obligeait pas à cela. D'autant plus, que gardant le secret de leurs sources, ce qui est normal, ils ont créé un malaise. Ont-ils trahi des confidences ? Comment les ont-ils obtenues ?

 

C'est d'autant plus navrant que beaucoup de faits étaient connus, les journaux avaient déjà publié beaucoup de choses. On imaginait bien que le Roi ne devait pas apprécier la chute du gouvernement, n'était pas enchanté par la perspective de nouvelles élections, n'était pas ravi de recevoir un nationaliste, que les socialistes avaient tenu à écarter les libéraux...

 

Ce qui m'inquiète c'est leur affirmation : nous sommes une autre génération, nous travaillons autrement, nous voulons la transparence. Pas un mot de regret sur les répercussions de leur livre. "Oyez, oyez, nous avons raison".

 

Depuis un an, on nous dit que la discrétion est indispensable pour la réussite des négociations. J'ai toujours pensé qu'elle était antidémocratique. Je vais changer d'avis car Martin Buxant m'a fait comprendre ce que certains pouvaient faire de "la transparence".

 

Un souhait : que les jeunes journalistes ne prennent pas Martin Buxant comme modèle...

Les commentaires sont fermés.