Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

04/04/2011

LA BELGIQUE IMMOBILE.

phpThumb_generated_thumbnailjpgCA96RY9O.jpg
 
 
 

 

Des ennuis familiaux m'ont fait déserter mon blog. J'y reviens brièvement. Malgré ma ferme volonté d'oublier la politique, je n'ai pas pu empêcher des phrases de heurter mon tympan. Petit florilège.

 

Wouter Beke reçoit Di Rupo et De Wever.

 

Entendu tous les deux ou trois jours depuis un mois.

 

Le climat est constructif.

 

Phrase culte depuis les élections.

 

Semaine cruciale, décisive.

 

Antienne récurrente. Je propose quelques synonymes : déterminant, capital, principal, critique. (A garder en réserve : concluant.)

 

Tout est sur la table. On négocie.

 

Variante : on ne négocie plus depuis le 3 septembre ou, mieux encore, on n'a jamais négocié !

 

Impossible de ne pas tenir compte de tout le travail accompli. Refus d'une autre méthode ou d'une autre manière d'envisager l'avenir du pays.

 

Les psychologues nous ont enseigné que confrontés à un échec, il fallait en tirer les leçons et  repartir autrement. Trop simple.

 

Bart De Wever a lancé un ultimatum. Tout doit être terminé pour fin avril.

 

Plus récent : le CDH a lancé un ultimatum : l'offre francophone expire à la fin de l'été.

 

Sérieusement, qui peut croire aux ultimatums ? Ce n'est pas propre à la Belgique. Je me demande d'ailleurs combien d'ultimatums sont lancés par jour dans le monde...

 

Au risque de ma répéter, je reprends mes questions. Pourquoi un parlement d'une région peut-il décréter que ses dix résolutions sont applicables à tout le pays, même si elles impliquent un changement de la constitution ? Pourquoi les parlements wallon-bruxellois-germanophone n'ont-ils pas fait la même chose ? Octopus contre dixopus ? Pourquoi face à la "révolution copernicienne" voulue par les Flamands n'ont-ils pas proposé "une révolution newtonnienne" ?

 

Une réponse qui sera sans doute jugée trop simpliste : les Francophones n'étaient pas contre des compétences accrues pour leur région et n'ont pas mesuré le danger : de concessions en concessions ils allaient être entraînés trop loin, puis enfermés dans une logique de blocage.

 

Je sais, bien sûr, qu'il est impossible de former un gouvernement sans les Flamands. Que ceux-ci ont répété qu'ils n'entreraient pas dans un gouvernement sans une réforme constitutionnelle importante. Leçons retenues du passé, disent-ils. Mais, tout de même, le gouvernement est tombé sur la scission de BHV et apparemment, c'est le dossier qui a été examiné le plus tardivement.

 

Bruxelles. Région à part entière disent maintenant les Francophones mais après avoir créé leur fédération Wallonie-Bruxelles. Idée lancée en 2008 par le FDF puis vite reprise par Rudy Demotte.

 

Que l'élargissement de Bruxelles soit logique comme pour toutes les capitales, oui, mais vital, je ne comprends pas. Les trois communes intégrées dans Bruxelles ne deviennent-elles pas d'office bruxelloises ? En quoi cela renforce-t-il les liens avec la Wallonie ? Cela vaut vraiment une guerre ? (Je laisse volontairement de côté les considérations juridiques qui m'entraîneraient trop loin.)

 

Autre sujet de discussion, le nombre de partenaires. Les sept partis ne sont pas arrivés à un accord, on a fait mine d'ouvrir la porte aux Libéraux. Et bien entendu, BDW refuse de négocier avec un plus grand nombre encore de partis. Il préfère négocier avec le seul Di Rupo, c'est plus confortable et, bien sûr, cela se fait de manière constructive !

 

Je pourrais continuer. Rappeler le lyrisme d'Elio Di Rupo après les élections qui semble bien s'être transformé, je le comprends, en un profond découragement.

 

Une seule question : pourquoi continuent-ils à négocier l'impossible ? Qu'espèrent-ils ? Je voudrais pouvoir croire qu'ils ne sont pas en train de tromper toute la population et qu'ils espèrent vraiment aboutir à un compromis acceptable. Mais, hélas ! j'en doute.

 

Dans les pays arabes, des hommes meurent pour la démocratie. Chez nous, elle est bafouée. Les manifestations-frites, organisées par les jeunes pour "Une Belgique unie" n'ont suscité bien souvent que des sourires narquois. Comment ne pas désespérer ?

 

Les commentaires sont fermés.