Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

27/01/2011

A CHACUN SA VERITE.

ME0000073655_2.jpg
Vincent Van Gogh. Les sillons.
 
 

 

Je n'ai pas l'intention d'analyser la situation politique et encore moins de faire des propositions. J'en suis bien incapable. Par contre, je peux émettre quelques réflexions, très personnelles, sur ce qui se passe aujourd'hui.

 

Première constatation, d'où le titre de mon post, une fois de plus, tout le monde accuse l'autre. Le dire devient une lapalissade car nous l'entendons à chaque échec. "Les Francophones sont unis, ils sont d'accord, le problème vient de la N-VA et du CD&V."

 

Quelques remarques sur cette affirmation : trois partis francophones parlent au nom de tous les Francophones. Cela me semble abusif. D'autant plus abusif, que les négociateurs ne sont pas en phase avec ce que veulent les citoyens. Je l'ai dit et je le répète, les négociateurs sont partis des demandes flamandes, pas de leur programme électoral. Etait-ce vraiment ce qu'il fallait faire ?

 

Autre affirmation : la discrétion est seule gage de réussite. Pour moi, je l'ai déjà dit, c'est un déni de démocratie et contre-productif. Un exemple : la scission des allocations familiales. Une fuite, comme ils disent, et les citoyens apprennent qu'elle est envisagée. Réactions immédiates de la société civile : Ligue des Familles, patronat, syndicats et d'autres. Très vite, le démenti et sans doute, je l'espère, le retrait.

 

Autre effet pervers de cette fameuse discrétion, les journalistes, qui veulent savoir, publient quand même des informations et surtout poussent les politiciens à parler et souvent à en dire plus qu'ils n'auraient voulu. Je pense aux déclarations d'Onkelinx, sur le plan B et les contorsions qu'il a fallu pour réparer ces propos qui, je le crois maintenant, étaient plus vrais que ce que nous pensions. Ce matin, son cher mari, ne cachait pas que la scission de la Belgique pouvait être la solution... Et, bizarrement, Rudy Demotte ressuscite la fédération Wallonie-Bruxelles. Au cas où, dit-il....

 

Un effet aussi du "j'ai la vérité" est qu'il faut toujours trouver un bouc émissaire pour expliquer l'échec. Pour les Francophones, c'est évidemment Bart De Wever, nationaliste, et le CD&V, incapable de prendre ses responsabilités.

 

Evidemment, du côté flamand, la même logique fera accuser les Francophones, avec le même discours : ils ne veulent pas s'engager, ils ont peur. C'est encore ce que l'on entend aujourd'hui par exemple chez Caroline Genest et chez les éditorialistes flamands. "Est-ce que les Francophones veulent encore aller autour de la table avec la N-VA ? Ils disent oui mais pensent non" (Eric Donkier) "Paroles et paroles et paroles, ils sont très forts." (Paul Geudens).

 

Ainsi, l'incompréhension est totale, la méfiance aussi car c'est une caractéristique constante dans l'histoire : être certain de détenir la vérité empêche d'écouter et surtout de chercher à comprendre. Je ne vais pas avoir la cruauté de rappeler tout ce qui s'est fait et se fait encore au nom de la vérité religieuse ou autre.

 

Il est vrai et c'est paradoxal, que de chaque côté, on appelle à faire des compromis et on répète qu'aucun parti ne peut avoir tout ce qu'il désire. Pourtant, cela bloque. Les Francophones ne veulent pas et, ils ont raison, franchir la ligne rouge, par exemple la scission de la sécurité sociale ou le droit du travail. Je pense qu'ils seraient plus forts s'ils nous disaient clairement ce que veulent Flamands et Francophones. Ils auraient sans doute l'appui de leurs électeurs, des organisations patronales ou syndicales. Alors pourquoi s'en tenir à des allusions au lieu de mettre tout sur la table ?

 

Je dirais la même chose du côté flamand. Si les éditorialistes disaient que Bart De Wever est en train de préparer la scission du pays, je suis certaine, que beaucoup de Flamands, y compris les électeurs de la N-VA s'interrogeraient. Ils ne le disent pas et ils ne peuvent pas le dire car Bart De Wever l'a toujours nié. "La Belgique s'évaporera d'elle-même " Point-barre.

 

Que va-t-il se passer ? Nul ne le sait. Les politologues sont très prudents et énumèrent les solutions possibles, sans grande conviction, je les comprends.

 

La balle est une fois de plus renvoyée au Palais. Mais, le souverain ne peut faire que ce que les partis politiques lui conseillent. J'espère que, cette fois, il n'écartera plus les Libéraux même si je suis sceptique. Malgré les affirmations répétées de "nous n'avons pas d'exclusive" tout le monde sait que ce n'est pas vrai. De plus, les "rebelles" ont mis le MR dans une situation difficile.

 

Si j'avais un conseil à donner au Souverain, je lui dirais : "De grâce, Sire, évitez les noms en eur. La malédiction a frappé éclaireur, préformateur, conciliateur et j'en oublie. La langue française est riche, touvez une autre déclinaison."

 

Moi, je pense à "bulldozer" malheureusement je ne crois pas qu'il existe un équivalent assez noble pour cette fonction même si le dictionnaire précise : " Fam. personne décidée." Je vais cogiter. Il y a peut-être quand même là matière à creuser...

 

Commentaires

Laisser van Gogh tranquille !
Ce tableau est merveilleux ,ce sont les sillons de la vie ,ce sont les rides du coeur ,ce sont les méandres des ruisseaux ,ce sont les soucis de la vie ,ce sont les plis d'un bébé Lucas qui naît ,c'est du linge séché sur une terrasse avec un soleil trop peu ombragé par un vieil arbre ridé par les années ,il a tellement de choses à dire que j'aimerais que Vincent soit encore là pour dessiner à son ami la bonne façon d'aimer !
Il ne faut jamais désespérer !

Écrit par : jacobs micheline | 27/01/2011

Bonjour,
J'ai choisi de mettre un tableau de Van Gogh justement parce que, comme vous le dites très bien, ce tableau est merveilleux. Je voulais, tout simplement, mettre un peu de poésie dans ce marasme. De plus, revenir à des choses essentielles, labourer la terre, c'est l'inverse de se perdre dans des querelles stériles et assassines, c'est revenir aux choses essentielles. Navrée d'avoir été mal comprise.

Écrit par : mado | 27/01/2011

@mado

Je réagis toujours spontanément !c'est mon défaut .
Ce n'est pas de votre faute .
Mais si vous voulez un autre avis ,le champs était en jachère!
Il est labouré ,c'est à espérer que l'Homme ne se dispute pas la récolte!
Sinon ,en se rasant la barbe ,beaucoup se couperont une oreille en se rasant.

Écrit par : jacobs micheline | 28/01/2011

Merci.

Écrit par : mado | 28/01/2011

Les commentaires sont fermés.