Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Envoyer ce Blog à un ami | Avertir le modérateur

22/12/2010

GRAND DIRECT : DIDIER REYNDERS.

art_117010.jpg
 
 
 

Avant l'entretien, Laurent Haulotte annonce le menu : le MR battu aux élections, la situation de la Belgique, le dîner avec Bart De Wever, le bilan de sa présidence, les divisions internes au MR, le rôle que Didier Reynders jouera après la présidence.

 

Je n'ai pas l'intention de reprendre tout l'entretien. J'ai trouvé Laurent Haulotte fort agressif mais je ne le connais pas bien. De plus, j'ai absolument oublié comment il avait conduit l'entretien avec Elio Di Rupo. Par contre, Didier Reynders, était fort à l'aise comme d'habitude, a évité les pièges tendus, avec un sourire narquois, par le journaliste, a rétabli certaines vérités.

 

D'emblée, Didier Reynders fera remarquer que le MR n'est pas seul à avoir perdu les élections et qu'il a reconnu son échec. Question réentendue pour la xième fois : le dîner avec Bart De Wever, qui, d'après Elio Di Rupo, était la cause de la méfiance établie entre lui et Bart De Wever ! Réponse logique : un déjeuner parmi d'autres et le regret de ne pas avoir pu avoir des contacts avec les négociateurs francophones. Une petite pique (bien méritée selon moi) : "Je pense que la critique de monsieur Di Rupo n'est pas très fair play. Je trouvais qu'il était assez logique de voir quelle était la volonté réelle de travailler ensemble et de voir ce que nous voulions encore faire ensemble au fédéral. (...) Si Bart De Wever est totalement infréquentable, je me demande pourquoi les trois formations politiques francophones le fréquentent quasi tous les jours depuis six mois." Et voilà.

 

Ne pas avoir de gouvernement après six mois, en souhaiter un pour mars prochain, dire que les spéculateurs pourraient s'attaquer à la Belgique si la crise se prolonge, que plus on attend plus ce sera dur, sont, me paraît-il des propos de bon sens, dits sans animosité. Faire de son bilan, un bilan positif, que ce soit notamment pour le sauvetage des banques ou son travail à l'Union européenne ces six derniers mois, me semble logique. Comme de se réjouir des résultats du sondage paru pendant l'émission.

 

Je n'aurais pas fait de billet sur cet entretien si je n'avais pas lu les commentaires des invités de "Sans langue de bois". En vrac, sans citer personne : il s'est donné le beau rôle, un homme cool qui n'a pas grand-chose à se reprocher dans la crise actuelle. Rien que cela. Le MR ne participe pas aux négociations mais il serait responsable de leur échec ! Comme impartialité, il y a mieux. Ce n'est pas fini. Selon un des invités, Didier Reynders aurait dit qu'il pouvait mieux faire que les autres en matières financières. Je n'ai pas entendu cela, du moins dit comme cela, mais je ne vais pas passer mon temps à vérifier. Mais, là, où j'ai vraiment sursauté c'est d'entendre que le salut des citoyens ne pouvait se trouver que dans le PS. Alors là, c'est ce que j'appelle le conditionnement des citoyens si fréquent dans la bouche des socialistes. Cela me rappelle le fameux bain de sang annoncé par la FGTB si jamais le MR était au pouvoir... Qu'on se le dise une fois pour toutes : en-dehors du PS, pas de salut. Et le bleu, même en cravate, cela ne va pas !

 

Vais-je me permettre de m'amuser un peu en rappelant les propos d'Elio Di Rupo, à Sud-Press, sur "le militantisme autonomiste de politiques et jounalistes au nord du pays alors que dans le sud du pays, les journalistes ont une attitude professionnelle qui leur permet de distinguer le vrai du faux." Négations de l'intéressé sur Twitter. Je ne me souviens plus : qui disait être toujours mal compris ? C'était, paraît-il, une attitude de victimisation opportuniste...

 

Trêve de plaisanterie. Nous avons battu le record des jours sans gouvernement. Un sondage paru ce matin nous apprend que près de sept Belges sur dix s'inquiètent au sujet de leur santé et de leur épargne et que près de la moitié affirment qu'ils reporteront leurs achats, en 2011, au moment des soldes.

 

Et pour couronner le tout, il neige encore et toujours. Et d'après un représentant du GIEC en France, c'est dû au réchauffement climatique...

 

Dans quelques jours, nous fêterons Noël, puis l'entrée en 2011. Alors, souhaitons-nous une meilleure année que celle qui va se terminer.

 

Les commentaires sont fermés.