Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

06/09/2010

INSTRUCTIF, CE WEEK-END !

220px-Congress_Column_at_Christmas.jpg
 
 
 
 

 

"Il ne faut pas laisser les intellectuels jouer avec les allumettes." (Jacques Prévert)

 

J'ai bien envie de parodier Jacques Prévert et de dire :  "Il ne faut pas laisser les politiques jouer avec les allumettes."

 

C'est bien ce qu'ils sont en train de faire ! Les débats sur Controverse et Mise au point étaient hallucinants. D'un côté les négociateurs, Laurette Onkelinks, Joëlle Milquet, Jean-Michel Javaux, reprenant l'antienne bien connue "Nous étions proches d'un accord."  Lequel ? Ni Didier Reynders, ni Pascal Vrebos ne sont arrivés à apprendre quelque chose. "Nous n'allons pas négocier sur un plateau de télévision. La discrétion est une garantie de succès. Nous comprenons la frustation du MR et des citoyens, mais c'est comme cela".

 

J'ai déjà dit combien cette discrétion, respectée d'ailleurs bien plus par les négociateurs francophones que par les flamands était antidémocratique. Car des fuites ont bien eu lieu. Et si Didier Reynders affirme qu'il ne sait rien, du moins officiellement, tout le monde a bien pu lire dans la presse ce que les Francophones avaient accepté. Il suffit d'ailleurs de se référer aux conférences de presse d'Elio Di Rupo pour savoir que les transferts du Fédéral vers les régions sont énormes : 15 milliards d'euros ! Je suis ahurie d'entendre dire qu'ils n'ont pas touché à la Sécurité Sociale, à la Fiscalité, non, juste un peu...

 

Et d'ajouter un concert de louanges pour le travail d'Elio Di Rupo qui est arrivé à proposer une réforme historique, jamais réalisée jusqu'à maintenant. En effet, jamais personne n'aurait cru que le Fédéral pouvait être à ce point vidé de sa substance, comme le souhaitait Bart De Wever.

 

L'hypocrisie réside dans le reste du discours : "C'est un bien pour la Wallonie et Bruxelles. Personne n'en sortira appauvri." Propos évidemment démentis par les politologues, mais qui n'osent pas le dire ouvertement face aux négociateurs.

 

Autre affirmation : "Logique que les Libéraux soient écartés. Cette réforme concerne les régions où les Libéraux ne se trouvent pas." Affirmer cela est vraiment incroyable. Faire une autre Belgique ne concerne que les socialistes, les humanistes et les écolos ! Moi, je l'affirme avec force, déplacer le centre de gravité du Fédéral vers les Régions est un hold-up qui touche tous les Belges. Et on ne me fera jamais croire que la Wallonie qui n'arrive pas à assumer ses compétences actuelles, je pense par exemple aux routes et à l'enseignement, s'en sortira mieux. Ni le Fédéral qui est déjà exsangue.

 

Seul Jean-Michel Javaux, rappelait que rien n'était fait, que sans accord sur tout, il n'y avait accord sur rien mais il ne m'a pas convaincue puisque, comme les autres, il affirmait qu'il fallait continuer dans le même sens.

 

Autre nouvelle du week-end, la désignation par le roi de médiateurs, le président du Sénat, Danny Peeters, N-VA et du président de la chambre, André Flahaut, socialiste. Nomination saluée par les négociateurs comme un excellent choix. Les éditorialistes sont plus lucides : un moyen de gagner du temps et de laisser retomber la tension. Faut-il rappeler que les deux ont été nommés la veille de la fête nationale, alors qu'il n'y avait pas d'urgence puisque tout peut être remis en question lors de la formation du gouvernement, mais pour écarter Armand De Decker ? Ce qui nous a valu qu'un nationaliste soit le plus haut représentant de la Belgique pour la fête nationale. Un comble !

 

On verra ce que les médiateurs vont faire. Mais, "on prend les mêmes et on recommence", pour moi, c'est clair, les leçons de l'échec de Di Rupo n'ont pas été retenues.

 

J'en viens à la déclaration des socialistes qui en étonne plus d'un. Laurette Onkelinx, Rudy Demotte ont fait la une des journaux : "Rudy Demotte ne craint pas la scission." "Il faut se préparer à la fin de la Belgique" déclare Laurette Onkelinx.

 

Je ne suis pas étonnée. Il y a longtemps que je vois que les socialistes souhaitent un état wallon. Quelques preuves ? L'état wallonie-Bruxelles, de Rudy Demotte, il y a quelque temps. L'accord "surprise" de Bart De Wever et d'Elio Di Rupo, avant les négociations. Il est clair que pour les socialistes, l'indépendance est plus attractive, quand les régions ont plus de compétences. Un journaliste affirmait, sur la RTBF, que les socialistes préparaient la scission depuis deux ans.

 

Nous sommes donc en complète incohérence. La Flandre ne demande pas la scission, elle sait quels dommages elle entraînerait. Les socialistes, en affirmant que l'accord est proche, qu'il faut rénégocier en partant de ce qui a été fait, disent se préparer à la scission !

 

Encore une déclaration : Bart De Wever veut négocier avec les libéraux. Il l'a dit dès le départ. Mais c'est bien la seule chose qu'il n'ait pas obtenu de Di Rupo. Celui-ci a la rancune tenance et s'il était prêt à tout pour être Premier ministre, il ne devait pas prendre de risque.

 

Inutile de dire que je trouve tout cela lamentable. Il fallait peut-être passer par le constitutionnel avant d'aborder les vrais problèmes, la crise, la dette, le socioéconomique. Mais cela commence à bien faire. Les politiciens prennent les citoyens en otage. Ils font ce qu'ils veulent, pas ce que les citoyens attendent.

 

Et de plus, ils jouent vraiment avec des allumettes !

 

 

Les commentaires sont fermés.