Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

19/08/2010

ELIO : SAUVEUR OU FOSSOYEUR ?

phpThumb_generated_thumbnailjpgCADNBVHL.jpg
 
 
 

 

Elio Di Rupo, après son rapport au Roi, a donné sa deuxième conférence de presse. Les commentaires divergent. Je ne suis pas politologue mais, comme citoyenne, je tiens à mon petit commentaire.

 

Quand j'ai ouvert la télévision, à six heures trente, sur la Une, Elio Di Rupo s'exprimait en flamand, avec une traduction simultanée. Contrairement à ce qui se fait d'habitude, on entendait les deux discours, néerlandais et traduction alors que généralement quand il y a traduction, on n'entend que celle-ci. J'ai donc trouvé cela très désagréable. De plus, il paraît que s'exprimer en néerlandais était voulu, une manière de faire du charme aux Flamands. Bien, mais à contrario, très déplaisant pour une francophone. Une manière de confirmer que contenter les Flamands est vraiment la priorité des priorités !

 

Je n'ai pas le texte du discours et mon décodeur, pourtant flamand, était en panne. Impossible d'enregistrer. De mémoire, avant d'aborder le fond, je dirai que cette manière de se présenter comme le sauveur de la Belgique, d'insister sur le "devoir" qu'il s'impose, le bien que la réforme représente pour le pays qui sera enfin ! débarrassé des problèmes constitutionnels, m'ont agacée. Pourquoi ? Je ne crois pas que la réforme permettra de vivre en paix, ni, même réussie, qu'elle sera la dernière. Or, je trouve que le prix à payer est énorme pour les Francophones.

 

Il a repris la comparaison d'une réforme copernicienne, le centre de gravité de la Belgique se déplaçant du Fédéral vers les régions, commenté longuement les compétences quittant le Fédéral et insistant sur le fait "historique" des milliards que cela représente. Bravo ! Pourtant, avant les élections, les partis politiques parlaient de la dette abyssale, de la difficulté de retrouver l'équilibre financier exigé par l'Europe alors que les caisses du Fédéral étaient vides. Je ne vois pas comment en versant autant d'argent aux entités fédérées (lesquelles d'ailleurs ?) le Fédéral ira mieux. Si les régions pourront créer des emplois de fonctionnaires, le Fédéral gardera les siens.

 

Une autre affirmation m'a paru utopique ou mensongère : "personne ne peut être appauvri". Donc pas d'appauvrissement des ménages wallons si les AF sont supérieures en Flandre, si l'impôt des sociétés permet une concurrence déloyale, si les soins de santé sont remboursés différemment, si et si.... Ceci affirmé au moment où la Région wallonne taxe le gaz plus fort qu'en Flandre...

 

Mais, pour moi, le plus incroyable est l'annonce faite de l'intention de revoir la loi de financement. Il me semblait pourtant que c'était le "non" francophone qui avait provoqué le blocage ! Et surtout, qu'après les concessions faites par les Francophones, beaucoup trop de mon point de vue, c'était une nouvelle revendication de la N-VA. Une de plus : Bart De Wever voit que cela marche, alors pourquoi ne pas en profiter ?

 

Je ne comprends pas qu'Elio Di Rupo demandant aux partis de prendre leurs responsabilités, certains l'interprètent comme un message envoyé à la N-VA. Dans le sens "cela suffit" alors que le préformateur annonce qu'il accepte de discuter de leur nouvelle, xième demande ? 

 

Rien sur Bruxelles. Et de nouveau, même ce matin, à la RTBF, le constitutionnaliste, Hendrik Vuye, professeur universitaire à Namur, conseiller de la NV-A  (comment est-ce possible ?) réaffirmait que Bruxelles était une ville spécifique et admettait implicitement la tutelle des deux régions. Cela valait la peine de bloquer la scission de BHV pendant des années pour que lors d'une réforme où l'on renforce les régions, Bruxelles ne puisse toujours pas être une région comme les autres.

 

Il y aurait encore beaucoup à dire, politologues et journalistes s'en chargeront.

 

Ce que je regrette le plus est que si le moment était vraiment venu de faire une grande réforme de l'Etat, cela se fasse sous la pression de la N-VA, selon ses diktats et que ce ne soit pas  l'occasion de redessiner une autre Belgique, plus équitable, au lieu de poser les jalons souhaités par Bart De Wever pour lui permettre, à plus ou loin long terme, de casser le pays.

 

Un mot encore, sur mon incompréhension totale de ce que fait Elio Di Rupo. Il renie ses promesses électorales, par exemple "jamais de scission de la sécurité sociale", victoire socialiste depuis 150 ans !

 

La démocratie, c'est bien sûr, le respect du voeu exprimé par les électeurs. Ce que je constate c'est que, cette réforme, seuls les partis flamands l'avaient mise au programme de leur campagne électorale. 70 % des Belges sont trompés.

 

Et que dire de la discrétion poussée jusqu'à l'absurde ? Un silence antidémocratique. Que penser de l'éviction absolue des autres partis ? Inédit, dit-on, oh oui ! mais une manière de rejeter des électeurs qui pourraient espérer, au moins, être tenus au courant.

 

C'est le "top" pour la Flandre. Même la RTBF a trouvé malin de faire la promotion de la côte tout l'été. Pas de carte touristique tronquée, non, de la pub, c'est tout.

 

Commentaires

Tout comme les socialistes avaient lâché les Fourons (ces paysans votent catholique, qu'ils aillent chez les Flamands), ils lâcherons les francophones de la périphérie (ces bourgeois francophones votent libéral, qu'ils restent chez les Flamands).

Tout comme ils ont récupéré le poujadiste Happart pour se refaire une virginité, ils en trouveront un autre dans la périphérie pour recoudre leur hymen déchiré...

Écrit par : Ø | 23/08/2010

A lire pour en savoir plus sur Bart et Elio, l'excellent blog de Michel Henrion :
http://demainonrasegratis.blogspot.com/

Écrit par : mado | 23/08/2010

Les commentaires sont fermés.