Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

25/07/2010

DISCRETION OBLIGATOIRE SAUF POUR BART.

art_115420.jpg
 
 
 

Elio Di Rupo multiplie les appels à la discrétion, condition essentielle pour la réussite de la formation du gouvernement. Je m'étonne que cette règle ne s'applique pas à Bart De Wever. Nous avons eu droit au discours très nationaliste du président du parlement flamand, lors de la fête de la communauté flamande, à l'entretien d'Eric Defoort, avec Bertrand Henne, à Matin Première reprenant les exigences de la NV-A. Ses scribes se chargent de la communication, il peut donc se taire. Surprise ! Le 22 juillet, il donne une interview au Times.

 

Que dit-il ? D'abord ce qui pourrait être un mensonge ou une vérité inquiétante : "Sa stratégie est d'offrir aux socialistes le poste de Premier ministre en échange de la réforme institutionnelle, impôts et sécurité sociale passant du niveau fédéral au niveau régional". Je cite :" De Wever says his strategy is to offer the PS several concessions – including giving the Prime Minister position to their leader, Elio Di Rupo – in return for institutional reform that wil devolve more powers, such as taxation and social security, from the federal to the regional level."

 

De quoi sursauter ! De Morgen avait révélé l'accord sur la scission des allocations familiales, provoquant un démenti d'Elio Di Rupo et un tollé général. Qui croire ?

 

Dans l'entretien accordé au Times, il explique pourquoi la Belgique va "s'évaporer". Trois raisons, qu'il a maintes fois répétées : La Belgique est une construction artificielle du 19ème siècle – deux communautés aux langues différentes – il n'est possible d'envisager l'indépendance de la Flandre que dans le cadre de l'Europe.

 

Construction artificielle, soit. Il omet de dire que la Belgique est née d'une opposition à son intégration dans les Pays-Bas, après la défaite de Napoléon en 1815. C'est donc d'une révolte que la Belgique est née. A noter que les Flamands, proches des Hollandais par la langue, étaient les plus opposés à Guillaume d'Orange. Léopold Ier, choisi par les Belges, a dû imposer la Belgique aux grandes puissances et accepter la Constitution considérée comme la meilleure du moment.

 

Deux communautés de langue différente. Voilà qui fera plaisir aux Suisses ! Plus sérieusement, Bart De Wever fait comme s'il n'y avait que des Flamands en Flandre, que des Wallons en Wallonie. On sait que c'est faux. De plus, il sait qu'il y a en Belgique bien des couples Flamand(e)/Wallon(ne). Laurette Onkelinx rappelait récemment, à propos de son père, l'immigration des Flamands en Wallonie. Des différences ethniques peuvent conduire à une scission, voir les Balkans, mais des différences linguistiques ?

 

L'Europe. Nous savons que Bart De Wever n'hésite pas à profaner le drapeau de l'Union européenne en y mettant le lion flamand, même le jour de la fête nationale. Croire que l'Europe aspire à être une Europe des Régions est contraire à l'esprit européen, qui cherche l'unité. On ne la voit pas ouvrir la porte à tous les nationalistes, catalans ou autres.

 

Le vrai succès de la NV-A réside ailleurs, l'argent ! Beaucoup ont oublié la caravane pleine de fric qu'il a fait défiler pour marquer les transferts scandaleux de l'argent flamand vers la Wallonie. Pour moi, je l'ai fort entendu à l'époque, l'argument a été décisif pour le vote pour la NV-A, une Flandre plus riche, des Flamands plus riches, la fin de transferts scandaleux !

 

Le journaliste du Times révèle la contradiction qu'il y a entre vouloir, comme l'affirme Bart De Wever, sauver un pays qu'il espère voir disparaître. L'entretien se termine comme ceci : "Because it's so hopeless, I am becoming an  optimist" et le journaliste ajoute : "He seems not to notice the contradiction".

 

Je ne mettrai pas en doute la bonne foi d'Elio Di Rupo qui veut réussir là où les autres ont échoué. Mais j'ai bien des réserves. Pourquoi vouloir être Premier Ministre quand les Flamands disent bien que cela les arrange, car cela forcera les Francophones à faire d'importantes concessions ? Pourquoi Bart De Wever, qui est relevé de sa fonction d'informateur, peut-il jouer le rôle de préformateur, main dans la main avec Elio Di Rupo ? Il ne veut pas être Premier Ministre, on l'a compris, même si au Times il le présente comme une concesssion, mais apparemment, rien ne peut se décider sans son accord, avant même que les négociations commencent, est-ce normal ? Pour moi, il joue le rôle d'un président d'une Belgique républicaine qui n'existe pas.

 

J'ai aussi été choquée par la nomination, la veille de la Fête Nationale, du président du Sénat et de la Chambre. Il n'y avait aucune urgence, puisque les nominations peuvent être remises en question lors de la formation du gouvernement. Par contre, faire d'un nationaliste flamand, le Premier représentant de la Belgique pour le 21 juillet est, c'est un euphémisme, pas innocent.

 

Fric et soif du pouvoir dominent le monde. L'argent, c'est clair que c'est une donnée fondamentale de la régionalisation. Le pouvoir aussi. La Flandre aux Flamands, la Wallonie aux Wallons et Bruxelles ? Sacrifiée sans doute, je le crains.

 

Je viens de relire le chef-d'oeuvre contesté d'Hugo Claus "Le chagrin des Belges", lecture importante pour comprendre le nationalisme flamand.

 

Les commentaires sont fermés.