Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

17/06/2010

HIER... MAINTENANT... DEMAIN...

bart2_1269937672.jpg
 
 
 
 

 

Le jour des élections, quelqu'un, je ne sais plus qui, avec un humour que je qualifierais de déplacé, disait que le résultat des élections reflétait le drapeau belge : jaune et rouge. Il oubliait le noir, symbole du deuil. Journée noire bien sûr pour les perdants, MR ou CD&V et   pour la Belgique.

 

J'ai été complètement ahurie d'entendre dire que la victoire de la NVA était historique. Que le score soit historique, oui, mais l'événement, non. Les historiens qualifient d'historique ce qui est exceptionnel mais pas n'importe quoi. Ainsi n'ai-je jamais entendu la guerre de 1940 et, Dieu sait ce qu'elle avait d'exceptionnel, qualifiée d'historique !

 

Autre surprise, Bart De Wever est devenu un homme d'état. Par un seul discours. Il a suffi d'un peu de sémantique : la Belgique ne va pas exploser mais imploser, il ne veut pas une révolution mais une évolution jusqu'à l'évaporation lente du pays et il tend la main aux Francophones !

 

L'insistance est mise aussi sur le fait qu'il est démocrate, entendez par là, élu démocratiquement mais cela me semble aussi un peu facile. L'élection ne suffit pas. Combien d'hommes ont été élus démocratiquement et ne sont pas considérés comme démocrates ? Je ne voudrais pas être désagréable en citant des noms, mais je crois que c'est une évidence.

 

S'asseoir sur la Constitution, qui est tout de même la base de notre pays, est-ce vraiment une attitude de démocrate ? Apparemment, ses discours électoraux sont oubliés mais vouloir faire de Bruxelles une ville non une région, dire que la famille royale doit disparaître avec un commentaire désobligeant "ils sont assez riches !" restent pour moi, un discours qu'il ne faut pas oublier. Puisqu'en Belgique, on aime bien les symboles, être reçu par le roi, en tant que   président victorieux donc appelé à gouverner, s'y présenter "sans cravate" est soit une provocation, une de plus, soit une marque de mépris qui devrait le faire descendre de son piédestal d'homme d'Etat.

 

"Ils sont bien obligés de s'entendre" dit-on à propos d'Elio Di Rupo et de Bart De Wever et, la mine grave, les politologues essaient de nous persuader que ce sera difficile mais faisable. Même discours d'ailleurs de la part d'Elio Di Rupo, qui veut rassurer.

 

Rassurer, c'est bien l'ambiance actuelle. Je comprends, les agences de notation, sont attentives et pour elles, l'instabilité d'un pays peut peser lourd. Guy Quaeden le rappelait encore ce matin. Mais on ne peut pas dire que la campagne électorale ait été centrée sur la situation économique grave de la Belgique, sauf pour faire des promesses qui vous amènent des électeurs... Après, il suffit de dire qu'une coalition est toujours synonyme de compromis.

 

N'empêche que, tout le monde est d'accord pour dire que les programmes économiques des deux partis sont très éloignés. Il est vrai que déjà aujourd'hui, on ajoutait que Bart De Wever avait aussi des préoccupations sociales... Rassurer, vous dis-je, rassurer... Dois-je rappeler que certains Flamands, expliquant pourquoi ils avaient voté NVA, ont parlé "d'un bon coup de pied donné aux Francophones" ?

 

Je ne peux pas souhaiter que la formation d'un gouvernement soit impossible, l'enjeu est trop important. Mais, je suis sceptique. Même s'ils y arrivent, le compromis sera-t-il durable ? Bart De Wever ne posera-t-il pas aisément les jalons qui lui permettront d'aller plus loin, quand il l'aura décidé ? Croire, comme on le dit, que nous allons avoir quatre ans de paix, certains disent même dix ans, je ne le crois pas. Quelle sera la réaction des électeurs du PS ? Il est vrai que tout est fait pour préparer le terrain. Elio Di Rupo, premier ministre, quel honneur ! Et petit à petit, les députés wallons s'expriment, serait-ce si grave si tel ou tel domaine était régionalisé ? Seule, jusqu'ici la sécurité sociale reste un tabou. Pour combien de temps ? Et, franchement, est-ce suffisant ?

 

Commentaires

Ce que l'on doit entendre ! Bart De Wever ne savait pas comment convoquer la presse francophone à sa conférence de presse. Bizarre ! Il avait très bien organisé une conférence de presse internationale il y a quelques jours....

Écrit par : mado | 18/06/2010

Les commentaires sont fermés.