Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

24/05/2010

LA PERRUQUE DE NEWTON.

9782709624152-G.jpg
 
 
 
 

 

Ce roman, écrit par Jean-Pierre Luminet, astrophysicien et directeur de recherches au CNRS, est le quatrième d'une série Les Bâtisseurs du ciel" : "Le Secret de Copernic" La Discorde céleste" L'Oeil de Galilée" ceux, dit l'auteur,  qui ont façonné une nouvelle vision du monde et ont contribué à bâtir le socle de notre civilisation moderne.

 

LA PERRUQUE DE NEWTON.

 

Il s'agit bien sûr d'Isaac Newton,  né le 4 janvier 1643, mort le 31 mars 1727. Philosophe, mathématicien, physicien, alchimiste et astronome, il est surtout connu pour sa loi d'attraction universelle, le calcul infinitésimal en concurrence avec Leibniz, la théorie de la lumière, l'invention d'un télescope à réflexion composé d'un miroir primaire concave, appelé le télescope de Newton.

 

Dans son roman, l'auteur reprend de manière chronologique ses inventions, ses recherches, mais il s'attache surtout à nous faire revivre Newton comme nous ne le connaissons pas.

 

Au début du livre, Isaac est un garçon curieux, qui rend souvent visite à Sir Askew qui s'étonne de ce garçon grave et triste, qui l'écoute mais surtout lui pose des tas de questions. Il va lui donner le "bâton d'Euclide" qui, selon la légende, était celui dont se servait Euclide pour dessiner sur le sable d'Alexandrie ses figures géométriques. Nous retrouvons donc Isaac "tel un petit soldat allant à la bataille en portant son arme sur l'épaule". Mais arrivé chez lui, son beau-père lui confisque la lourde canne pour la restituer.  C'est la première colère d'Isaac : "Vous n'avez pas le droit. C'est vous le voleur ! Si vous prenez le bâton d'Euclide, j'irai brûler votre maison, vous, votre femme, vos enfants, vous rôtirez dans les flammes de l'enfer."

 

Isaac est né de parents pauvres. Son père meurt trois mois avant sa naissance, sa mère se remarie et le confie à sa grand-mère. Il fréquente l'école primaire de Skillington, puis celle de Grantham. Mais sa mère l'en retire pour qu'il devienne fermier. Grâce à l'intervention de son oncle, il peut réintégrer l'école et loger chez l'apothicaire Clark.

 

Isaac va souffrir du peu d'amour que lui témoigne sa mère. Il apprendra plus tard que celle-ci voit en lui "sa faute" car il a été conçu avec un soldat de passage. Ses camarades se moquent de lui alors qu'il fait tout pour se faire aimer. L'école ferme, devant une menace de guerre civile et pendant neuf mois il redevient paysan. "C'est le rouge au front qu'il se rend chaque semaine à la foire, poussant ses moutons ou ses chevaux, guidant la mule chargée de ballots de laine." Il va faire bêtise sur bêtise pour faire comprendre à sa mère qu'il n'est pas fait pour les métiers de campagne. Quand l'école rouvre, l'apothicaire Clark et le directeur Stokes interviennent auprès de sa mère et il peut reprendre ses études.

 

A dix-neuf ans, il est admis au Trinity College de l'université de Cambrige, comme sous-boursier c'est-à-dire normalement obligé de servir de domestique à un étudiant fortuné. Le destin lui sourit, une fois de plus, puisqu'il est engagé par le professeur Babington comme secrétaire. "Il n'était aucunement étonné ou flatté de l'accueil d'un personnage aussi important que Babington, tant pour lui il était naturel que son mérite et son talent fussent reconnus à sa juste valeur."

 

Durant l'entretien, le professeur Babington, lui parle de la philosophie naturelle. Qu'a-t-il voulu dire ? "Qu'est-ce que la philosophie naturelle ? C'est questionner la nature. Non, la nature se dérobe. C'est elle qui nous pose des questions. Et c'est à nous d'y répondre. Sont-ce d'ailleurs des questions ? Non, ce sont des faits : la lumière, le mouvement... Et avant d'y répondre, il faut observer puis expérimenter. La voilà, la vraie méthode, l'observation. Et sortant un gros cahier, il va écrire : "Questions de philosophie" "Platon est mon ami, Aristote est mon ami, mais mon meilleur ami est la Vérité."

 

A vingt-cinq ans, il sera bachelier ès arts, puis plus tard professeur de mathématiques. Parallèlement à ses recherches, à ses travaux, il va s'intéresser à l'alchimie, qui pour lui, est  une manière de pénétrer les secrets de l'univers. Il y perdra ses cheveux d'où le titre du livre.

 

Isaac Newton deviendra le grand savant que nous connaissons. Mais, sa personnalité est complexe. Il répugne à publier ses travaux, c'est grâce à son ami, Edmond Halley, que sera publié son traité "Principia". Il est égoïste, coléreux, rancunier, soupçonneux.  Ainsi, il n'hésitera pas à appeler son chien, Hooke, du nom du savant qu'il déteste, puis même le menace de l'appeler "cartes". Il méprise Descartes qui part d'hypothèses et pour se venger, il supprime le "des" qu'il croit une particule nobiliaire. Il lui arrive souvent d'oublier ses invités et parti chercher une bouteille de vin, il rejoint son laboratoire !

 

Un aspect intéressant de la personnalité d'Isaac Newton est l'importance accordée à la  religion. C'est dans la Bible qu'il cherchera les secrets de l'univers. "Toutes les réponses étaient là, dans le Pentateuque, le livre de Moïse. (...) Il était à son tour un élu, ou il tâcherait de le devenir. Car Dieu l'avait choisi pour révéler les mystères de la création du monde et succéder, par-dessous les siècles, aux prophètes des temps bibliques.""L'important est de savoir quand aurait lieu l'Apocalypse (...) la conversion de l'humanité tout entière à la vraie religion, la religion naturelle."

 

Il fulmine contre les papistes, les trinitaires, le concile de Nicée "quand les évêques ont décidé que le Père et le Fils étaient de la même substance et ont inventé la Trinité, cette forme de polythéisme et qu'ils  ont excommunié Arius, qui prêchait que le Père était Un."

 

Etant très lié avec un Suisse, Fatio de Duillier, s'affichant partout avec lui, malgré les mises en garde du philosophe Locke, il mettra du temps à comprendre qu'on le soupçonne d'avoir une relation sexuelle. Effondré, il s'écriera : "Des porcs, tous des porcs".

 

Je n'ai repris que quelques éléments du livre très fouillé de Jean-Pierre Luminet. J'ai aussi été très intéressée par la description du milieu scientifique de l'époque. Le comportement des savants n'est pas toujours exemplaire !

 

Ce livre m'a fascinée. Savoir ce qui est vrai ou ne l'est pas est impossible mais qu'importe !

 

Les commentaires sont fermés.