Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Envoyer ce Blog à un ami | Avertir le modérateur

21/04/2010

MOHAMED SIFAOUI.

arton9044.jpg

 

Mohamed Sifaoui est né en Algérie, en 1967. Journaliste, écrivain, réalisateur de reportages et de documentaires, il est également conférencier. Membre du Bureau national de SOS Racisme, il est par ailleurs impliqué dans le combat contre les racismes et l'antisémitisme. Il a couvert comme journaliste, depuis 1988, plusieurs zones de conflits et travaille depuis une vingtaine d'années sur les mouvements islamistes. Il a également réalisé plusieurs enquêtes journalistiques sur la montée de l'idéologie islamiste en Europe et en France. Ses principaux ouvrages sont : "Ben Laden dévoilé" "Combattre le terrorisme islamiste" "Mes "frères" assassins" "La France malade de l'islamisme".

 

POURQUOI L'ISLAMISME SEDUIT-IL ?

 

Dans son avant-propos il tient à préciser : "L'Islam est une religion, une spiritualité, une éthique, des croyances, des traditions, des dogmes et des coutumes ; l'islamisme est une idéologie politique ou plus précisément une idéologisation de l'islam, voire une politisation de cette religion."

 

Dans son premier chapitre, il va reprendre les grandes étapes de l'islam et de l'islamisme. Dès son installation à Médine, Mahomet est prophète, guide spirituel mais aussi chef de guerre, homme d'Etat et dirigeant d'un gouvernement, mais, précise l'auteur, ce sont les circonstances de la naissance de l'islam et le contexte de celle-ci qui l'ont exigé et non le texte coranique en tant que tel. Les musulmans veulent reconquérir La Mecque, considérée comme un lieu sacré parce qu'abritant La Kaaba, dont ils ont été chassés. C'est la première "guerre sainte" autorisée pour défendre leur foi. Mais, le "jihad" allait imprégner fortement les premiers croyants : "leur religion leur permettait de se défendre, ils pouvaient remporter un combat même opposés à une troupe plus puissante et mieux équipée et les versets coraniques annonçaient le "paradis éternel" à ceux qui seraient tués "dans le sentier de Dieu". Ces conclusions seront largement utilisées plus tard par les islamistes.

 

Avant d'aller plus loin, je tiens à préciser que la religion musulmane était un progrès, une révolution même, pour l'époque. Elle s'opposait à l'injustice, instaurait un meilleur statut de la femme, plus d'équité en prônant une meilleure répartition des richesses etc.

 

Du long exposé que fait Mohamed Sifaoui de l'histoire de l'islamisme, je ne retiendrai que deux faits : la naissance du salafisme walhabite au XVIIIe siècle et de la confrérie des "Frères Musulmans" fondée en Egypte, par Hassan Al-Banna, en 1928.

 

Les salafistes appellent à un retour à l'islam d'origine qui pour eux signifie le rejet de toutes les idées humanistes et des principes philosophiques comme la démocratie, la laïcité, l'égalité entre les hommes et les femmes. La charia devient sacrée, elle ne peut être ni discutée, ni modifiée, venant d'Allah, elle ne peut être que parfaite. D'où par exemple la justification des châtiments corporels.

 

Les Frères musulmans deviendront au fil des années le principal mouvement inspirant l'idéologie islamiste. "L'islam est religion et Etat, Coran et glaive, culte et commandement, patrie et citoyenneté. Allah est notre but, le Prophète notre modèle, le Coran, notre loi, le jihad, notre voie, le martyr notre voeu." C'est la célèbre phrase doctrine d'Hassan Al-Banna.

 

D'après Mohamed Sifaoui, les Frères musulmans pratiquent un double langage. "Ses adeptes dénoncent le terrorisme tout en l'encourageant; ils se disent modernistes tout en favorisant l'archaïsme et prétendent respecter la démocratie tout en fustigeant les valeurs qu'elle renferme." L'auteur consacrera tout un chapitre à  Tariq Ramadan, petit-fils d'Hassan Al-Banna qui fait l'apologie de son aïeul et affirme ne rien renier de son enseignement. L'auteur s'étonne d'ailleurs de l'audience qu'il a en France et regrette que, très souvent, il n'a pas en face de lui, quelqu'un capable de lui apporter valablement la contradiction.

 

Le chapitre 4 du livre est intitulé "Les idiots utiles de l'islamisme". L'expression est empruntée à Lénine qui désignait ceux qui, par complaisance envers l'idéologie bolchevique, fermaient les yeux sur les réalités les moins reluisantes de l'Union soviétique. Mohamed Sifaoui accuse certains intellectuels français d'être les "idiots utiles" de l'islamisme parfois par anti-sionisme ou anti-américanisme. Ils leur reprochent aussi de traiter "d'islamophobie" toute critique de l'islam, ce qu'il juge injurieux pour les musulmans.

 

Que veulent les islamistes ? D'après l'auteur, leur objectif n'est pas "l'islamisation de l'Europe" mais la mise en place de conditions qui leur permettraient de pratiquer leur vision de l'islam comme ils l'entendent (...) représenter, un jour, une communauté suffisamment puissante au sein des sociétés européennes pour infléchir les positions des gouvernements quant à leur soutien à des régimes arabo-musulmans qu'ils considèrent comme "apostats" et faciliter la création de Républiques islamiques, surtout dans les Etats du Maghreb."

 

Toujours d'après l'auteur, les Frères musulmans, souhaitent être assez forts pour peser sur les débats nationaux en vue d'amener les pays européens à modifier leur politique. C'est ainsi, par exemple, qu'ils sont largement intervenus dans l'affaire des caricatures danoises de Mahomet, dans les débats sur le port du voile ou de la burqua.

 

L'endoctrinement passe par les femmes qui ont un rôle important à jouer dans la diffusion de l'idéologie islamiste. Ce sont elles qui éduquent les enfants, elles, qui, par le port du voile rendent l'islam visible. "Finalement, celle qui est censée rechercher la discrétion fait tout pour se faire remarquer. Avec son voile, elle donne l'impression de vouloir dire : "Regardez-moi, je suis une musulmane pratiquante."" Un comble, dit l'auteur, quand on sait que la religion interdit de manière claire et limpide l'ostentation.

 

Je n'ai pu donner qu'un faible aperçu de ce livre très documenté, qui ne fera certainement pas l'unanimité. Le titre est un peu trompeur car l'auteur ne répond à la question de la séduction de l'islamisme que brièvement. L'islamisme sait se servir de la pauvreté et de la misère. Les jeunes peuvent être attirés par une religion qui leur donne une nouvelle "identité", par un discours qui joue énormément sur "les mots tels que fraternité, solidarité, entraide, égalité, engagement et don de soi". De plus, les islamistes utilisent abondamment les médias et internet. Les pages, les blogs, les forums se comptent par centaines et sont disponibles dans toutes les langues. On y donne des conseils et on recrute...

 

Commentaires

Je suis très étonné du peu de commentaires concernant cet article si intéressant !
Il existe donc encore des intellectuels lucides !

Cordialement,
l'Ouximer

Écrit par : l'Ouximer | 15/09/2010

Chère Marie,
Je suis heureuse d'avoir pu vous être utile. Merci de me l'avoir dit.

Écrit par : mado | 04/02/2011

Les commentaires sont fermés.