Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

19/03/2010

SIMONE VEIL A L'ACADEMIE FRANCAISE.

bcd72550-32ab-11df-a01a-d4abcc5521a6.jpg

 

 

Cérémonie émouvante ce jeudi 17 mars à l'Académie Française. Simone Veil est intronisée en présence, de Nicolas Sarkozy, Jacques Chirac, Valéry Giscard d'Estaing, son mari, plusieurs de ses petits-enfants, Bertrand Delanoë et Frédéric Mittérand.

 

Elle est revêtue d'un habit vert Chanel et ceinte de son épée d'académicienne sur laquelle sont gravés son numéro de déportée, matricule 78651, la devise de la République française "Liberté, Egalité, Fraternité"  et celle de l'Union européenne "Unie dans la diversité".

 

Elle occupe le treizième fauteuil laissé vacant par l'ancien Premier Ministre Pierre Mesmer. Un siège, comme le rappellera dans son discours Jean d'Ormesson, qui a été celui de Racine.

 

Comme le veut la tradition, elle fera l'éloge de son prédécesseur, Pierre Mesmer, saluant son sens du service de la nation, un héritage à méditer et à saluer. "Mon père, disparu dans l'enfer de Bergen-Belsen, quelques jours avant la libération des camps, révérait la langue française. Plus encore que je ne le  suis, il serait ébloui que sa fille vienne occuper ici le fauteuil de Racine."

 

Avec le talent qu'on lui connaît, Jean d'Ormesson, dans son discours de bienvenue, fera le récit de la vie de Simone Veil. Il commencera par rappeler qu'elle occupe le fauteuil de Racine, ce grand poète de l'amour et récitera avec son talent habituel, des vers de Bérénice et de Phèdre.

 

Simone Jacob est née le 13 juillet 1927, à Nice, elle sera arrêtée le 30 mars 1944. Elle a seize ans et vient de passer son bac. Deux semaines après son arrestation, Simone, sa mère et sa soeur sont envoyés du camp de Drancy à Auschwitz-Birkenau. Un inconnu lui sauvera la vie en lui conseillant de mentir sur son âge. En se disant âgée de dix-huit ans, elle évitera l'extermination. Peu avant la libération du camp d'Auschwitz le 27 janvier 1945, les Allemands emmènent leurs prisonniers dans la marche de la mort jusqu'au camp de Bergen-Belsen où elle travaille dans la cuisine. Elle reviendra en France le 23 mai 1945. Sa mère est morte du typhus, son père et son frère ne sont jamais revenus des camps.

 

En 1945, elle rencontre son futur mari, Antoine Veil, pendant ses études à la faculté de droit et à l'Institut d'études politiques de Paris. Ils auront trois fils. Munie de sa licence et de son diplôme de l'IEP, elle renonce à la carrière d'avocat qu'elle avait envisagée et entre à la magistrature.

 

Ministre de la Santé, sous Valéry Giscard d'Estaing, elle fera adopter la loi sur l'interruption volontaire de grossesse (IVG) qui entrera en vigueur le 17 janvier 1975. Jean d'Ormesson rappellera combien le combat qu'elle a mené a été dur, la discussion au Parlement du projet de loi, lui vaudra d'être violemment insultée.

 

Elle sera aussi la première présidente du Parlement européen , Ministre d'Etat, des Affaires sociales, de la Santé et de la Ville dans le gouvernement Balladur, puis de 1988 à 2007, membre du Conseil Constitutionnel.

 

Une carrière exceptionnelle pour une femme exceptionnelle. C'est parce qu'elle était indignée des dégâts causés par les avortements clandestins, qui touchaient surtout les classes populaires, qu'elle a accepté de se battre pour que le Parlement vote la loi légalisant l'IVG. Mieux que personne, elle s'est investie dans la défense des droits des femmes. Fervente européenne, elle avait été très déçue du rejet par la France du projet de Constitution européenne.

 

J'ajouterai qu'elle est Présidente d'honneur de la Fondation pour la mémoire de la Shoah, grand officier de la Légion d'honneur et, d'après un sondage réalisé par l'Ifop, la femme préférée des Français. Son autobiographie Une Vie a été publié en 2007.

 

Je voudrais aussi rendre hommage à Jean d'Ormesson. Son discours, comme il l'a dit, n'était pas facile : "à la fois trop court et trop long". Simone Veil représente pour lui,  "la tradition même et la modernité incarnée" "une figure de proue en avance sur l'histoire" Il terminera par ces mots : "La clé de votre popularité (...) repose sur des principes que vous affirmez. Disons-le sans affectation : au coeur de la vie politique, vous offrez une image républicaine et morale."

 

Simone Veil est la sizième femme élue à l'Académie Française. Marguerite Yourcenar avait été la première en 1980. Ont suivi : Jacqueline de Romilly, Hélène Carrère d'Encausse (Secrétaire perpétuelle depuis 1999), les écrivains Florence Delay et Assie Djebar.

 

J'ai été fort émue par la cérémonie. Je me suis demandé comment Simone Veil avait pu supporter le rappel de son passé douloureux. L'évocation de certains souvenirs a pu lui permettre de brefs sourires.

 

Hier, une grande dame, qui a toute mon admiration, est devenue "Immortelle".

 

Commentaires

Comme vous, j'ai suivi cette réception dans l'émotion et dans l'admiration. Je me suis promis de lire "Une vie" pour mieux connaître cette grande dame.
Jean d'Ormesson lui a magnifiquement répondu. Je me souviens de la belle façon dont il avait accueilli Marguerite Yourcenar. Mais ici, quelle belle leçon d'humanité !

Écrit par : Tania | 21/03/2010

Bonjour,
Nous avons donc partagé la même émotion.

Écrit par : mado | 22/03/2010

Les commentaires sont fermés.