Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Envoyer ce Blog à un ami | Avertir le modérateur

20/10/2009

TRAHISON.

Je viens de voir les signataires de la pétition remise à Didier Reynders. Que de noms de ceux qui hier encore se disaient son ami. Ils justifient leur acte par une impossibilité de se faire entendre. C'est vraiment trop facile. Que l'on soit président de parti, comme Gérard Deprez, ministre, comme Charles Michel, chef de groupe MR comme Willy Borsu, députée européenne comme Frédérique Ries, ou poids lourd de la politique comme Louis Michel, on s'avoue incapable de se faire entendre par son président. Comment alors font-ils leur boulot ? Il est donc, d'après eux, plus difficile de parler à un homme qu'à une assemblée ! Quel aveu d'incompétence. Etre un homme ou une femme politique, c'est être capable de défendre ses idées, de convaincre même ceux qui ne sont pas prêts à vous donner raison ce qui est le pain quotidien des politiques.

 

Que des syndicalistes remettent une pétition aux politiques, rien de plus normal. Que des affiliés les imitent, en utilisant les mêmes moyens, le tam-tam médiatique, c'est à la fois triste et indigne.

 

Didier Reynders avait placé très haut son objectif pour les élections de juin, il ne l'a pas atteint, mais en faire un bouc émissaire est particulièrement odieux. Il a fait des erreurs, sans doute, il a attaqué les autres partis, n'est-ce pas le propre des campagnes électorales ? Les militants n'ont-ils pas applaudi ? Elio Di Rupo et Joëlle Milquet ont été plus habiles, c'est vrai. Rappelons tout de même qu'étant ministre des Finances, on lui a fait endosser toute la responsabilité de décisions qui étaient pourtant collectives.

 

Et maintenant ? Louis Michel a dit et répété qu'il voulait être président en Wallonie, il ne l'est pas, il râle. Gérard Deprez, très content d'être son suppléant, n'a pas eu son mandat de député, il râle. Il était furieux qu'Olivier Maingain ait été choisi comme négociateur et pas lui. Sa rage ne pouvait qu'empirer.

 

Alors le raisonnement est facile. On se débarrasse de Didier Reynders comme président de parti, la place est libre pour Louis Michel et Gérard Deprez retrouve son mandat. J'admire l'hypocrisie qui consiste à affirmer qu'il doit rester ministre des Finances pour préparer le futur ! Evidemment, sinon le plan ne tient pas !

 

Les journalistes de la RTBF se sont vantés d'avoir fait dire à Louis Michel que Didier Reynders n'était "pas un atout pour le MR." Louis est tombé à pieds joints dans le panneau !

 

Christine Defraigne ? Je l'ai entendue dans Matin Première, je ne la connaissais pas, j'ai été littéralement, abasourdie de l'entendre accuser tout le monde, ses propos entrecoupés de "rires" que j'espère seulement nerveux.

 

Si les signataires de la pétition avaient donné de vrais arguments pour la justifier, je pourrais réfléchir, peser le pour et le contre, argumenter mais il n'y a rien. Donc, je ne m'étendrai pas davantage.

 

Je ne fais pas partie du MR, je ne connais pas Didier Reynders, je sais seulement que chaque fois que je lui ai écrit, j'ai eu une réponse claire et cordiale à mes questions ce qui est rare.

 

Alors pourquoi ce billet ? Des raisons très simples. Je déteste les mises à mort. Je déteste la lâcheté. Je déteste l'hypocrisie. Je déteste l'injustice.

 

Les conflits en politiques existent et existeront toujours. Les désaccords aussi. Mais ce montage est un tel manque d'éthique qu'il me dégoûte.

 

"Mais quand du plus beau feu l'on s'est montré capable,
Qui trahit un moment reste toujurs coupable."
                                                           (Thomas Corneille.)

 

Les commentaires sont fermés.