Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Envoyer ce Blog à un ami | Avertir le modérateur

23/09/2009

LE VOILE : ENCORE ET TOUJOURS.

La lecture d'Alexandre Adler a renforcé mes convictions : les décisions prises par nos gouvernants sont souvent  inspirées par des croyances, valables ou non, auxquelles ils adhèrent mais hélas ! aussi par de l'opportunisme, le souci de leur électorat, sans préoccupation réelle des conséquences à court ou moyen terme.  J'ajouterai, et c'est ce qui m'apparaît le plus grave,  sans se soucier que toute décision, régionale ou nationale, est une pièce d'un puzzle mondial.

 

Nous avons vu comment l'obsession de mixité sociale a abouti à ce calamiteux décret d'inscription qui a raté son objectif, pire a bouleversé la communauté française, mécontenté les parents, les directeurs d'école, les enseignants et a finalement débouché sur l'inverse de l'objectif : la création de listes de bonnes et de mauvaises écoles.

 

La Communauté flamande constatant la difficulté entraînée par le port du voile dans les écoles s'est très vite prononcée pour son interdiction. On ne peut que s'en féliciter. Elle a résisté au chantage fait par un iman de créer des écoles musulmanes, en insistant bien qu'il en avait les moyens comme il les avait eus pour les mosquées.

 

La décision a été critiquée par la communauté française pas prête, une fois de plus, à regarder la réalité en face. Le statu quo, autonomie des écoles qui décident par le biais d'un règlement d'ordre intérieur de permettre ou d'interdire le voile, ne fonctionne plus. Les écoles qui permettent le voile voient un afflux de femmes voilées et les directeurs affirment qu'à long terme, ce n'est pas tenable. Dans d'autres écoles, même quand le règlement d'ordre intérieur prévoit l'interdiction des couvre-chefs, qui existe depuis longtemps, certaines musulmanes ne l'admettent pas, allant jusqu'à dire que le voile n'est pas un couvre-chef mais un vêtement !

 

Soit ! Réfléchissons à cette affirmation. Le vêtement a toujours revêtu une grande importance dans la société. Pendant longtemps, il était le signe d'une appartenance sociale. Il n'y a pas si longtemps que les écoles se battaient contre les anoraks de marque, qui suscitaient la jalousie et faisaient des jeunes qui le portaient un groupe à part, privilégié. 

 

Les mentalités évoluant, surtout chez les jeunes, la notion d'être comme tout le monde est devenue la préoccupation majeure d'où le succès du jeans. Et bien sûr, nous avons assisté aux réactions habituelles de vouloir quand même se distinguer ou braver l'autorité en portant des jeans volontairement troués ! Le souci de provoquer, de s'affirmer, de braver l'interdit ont toujours été une caractéristique des adolescents. Casquette, cagoule, boucles d'oreille pour les garçons, même combat. Nos notions de savoir-vivre leur sont totalement étrangères. Mais, nous avons réagi, interdit.

 

Un long détour pour parler du voile. J'ai écouté attentivement les deux jeunes filles invitées à "Controverse" dimanche dernier. (Je suis désolée d'avoir oublié leurs prénoms.) La musulmane voilée avait comme seul argument : "J'ai bien le droit de..." Affirmation courante chez les jeunes. L'autre, après une longue explication de son opportunisme, ne pas porter le voile pour ne pas handicaper son avenir, a attaqué ses compagnes qui portent des jupes courtes et à qui on ne dit rien.

 

Cette dernière remarque m'a fait réfléchir. C'est bien le reflet d'une conviction que notre civilisation est choquante. Et nous voilà dans le vrai débat. L'Islam défend des valeurs face à un occident corrompu. C'est ce qu'elles entendent à la mosquée, à la télévision, lisent sur Internet. Dans ce contexte, le voile devient un panache, qu'il soit ou non une prescription coranique. D'où leur affirmation, c'est mon choix, un choix qui leur apparaît juste, voire obligatoire.

 

Comment, dans ce contexte, pourraient-elles entendre nos arguments : dignité de la femme, luttes féministes ? Comment pourraient-elles comprendre que ce qu'elles appellent "pudeur" nous l'appelons soumission et résurgence d'une notion très ancienne : la femme objet de concupiscence pour l'homme ?

 

Même en sachant cela, nous ne pouvons pas admettre que nos valeurs  soient piétinées. Le "vivre ensemble" cher à nos politiciens, n'est possible qu'en ayant le courage d'interdire ce qui est bel et bien du communautarisme. Etre un groupe à part, bien visible, rend impossible toute vie commune.

 

Si je comprends que les musulmanes ne se sentent pas manipulées, qu'elles ferment les yeux sur ce qui arrive à leurs soeurs dans d'autres pays, je ne peux pas l'admettre de la part de nos gouvernants. Comment peuvent-ils oublier les "tournantes", la création de "Ni putes, ni soumises" ?

 

Les discours prosélytes des pays arabes sont une réalité. "L'atlas de la création" envoyé dans toutes les écoles par l'Arabie Saoudite était un signal fort, qui a interpellé nos gouvernants, mais, l'émotion passée, ils se sont empressés de le jeter aux oubliettes.

 

Discuter encore et encore ne servira à rien. Répéter que bien sûr, les cours doivent être suivis par tous, y compris les musulmanes, donne bonne conscience mais ne règle rien. C'est à l'avenir qu'il faut penser, pour nos enfants et, je l'affirme, aussi pour les musulmanes qui contribueront comme les autres jeunes à créer le monde de demain.   

Les commentaires sont fermés.