Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

21/09/2009

LE MONDE EST UN ENFANT QUI JOUE.

 

alexandre adler,israël,géopolitique,islamisme,gouvernants

"J'emprunte cette phrase à Héraclite. Le monde est innocent et naïf. Il titube, hésite, frappe, détruit. Il oublie sa propre histoire. Mais chacun de ses gestes est aussi une création et un apprentissage."

 

Ces quelques lignes résument bien le travail accompli depuis des années par Alexandre Adler. Observer, analyser, pointer les erreurs, voire les mensonges de ceux qui nous gouvernent puis proposer des hypothèses pour que le monde aille mieux.

 

La table des matières est éloquente : La fin du califat de papier et de cassettes vidéo – La guerre perdue de l'Amérique – L'islamisme en crise – Vers "le monde à l'envers" – Le piège – Le Janus iranien.

 

Ce que j'ai trouvé de plus intéressant dans le livre est qu'Alexandre Adler remonte parfois très loin dans l'histoire pour expliquer ce qui se passe actuellement. J'ai cru, et c'est nouveau chez lui, déceler des motifs d'espoir. Bien entendu, il n'est pas naïf, donc il émet des hypothèses et, pour chaque thèse, il donne le pour et le contre, et surtout les conséquences des décisions qui seraient prises.

 

J'ai aussi été très intéressée de constater quel poids ont ceux qui nous gouvernent. Comment, les décisions qu'ils prennent ne sont pas toujours innocentes, qu'elles sont prises parfois en toute bonne foi mais aussi hélas ! il faut bien le dire sans aucune vision de l'avenir ou sans compréhension du monde.

 

Je dirais que ce n'est pas le monde qui joue mais bien les gouvernants qui oublient les leçons de l'histoire, décident de ce qu'ils trouvent bien pour leur pays sans se préoccuper réellement de ce qu'est devenu le monde, un vaste puzzle où chaque pièce a une importance qui n'apparaîtra que quand il sera trop tard.

 

Ancien élève de l'Ecole normale supérieure de la rue d'Ulm, agrégé d'histoire, Alexandre Adler est chroniqueur sur France Culture et membre du comité éditorial du Figaro. Il est réputé pour sa connaissance des différents acteurs internationaux de la géopolitique. Intellectuel brillant, il se distingue par son refus de parti pris, par son absence d'a priori moral et par sa volonté de cerner le monde tel qu'il est. Il ne cherche pas à plaire à l'opinion politique mais préfère l'hypothèse aux affirmations péremptoires.

 

Ses livres ont tous été des succès car il écrit bien et parvient facilement à nous intéresser à des sujets qui ne nous sont pas familiers. Les plus connus sont, je crois, "L'Odyssée américaine" (2004) et "J'ai vu finir le monde ancien" paru en 2002, qui a obtenu le prix du livre politique et coédité avec Gilles-William Goldnadel, en 2008, "Conversation sur les sujets qui fâchent".

 

D'origine juive allemande, sa famille maternelle réside en Turquie depuis le début du XXième siècle et échappe ainsi aux persécutions nazies. Par contre, tous les membres de sa famille paternelle à l'exception de son père, sont morts en déportation.

 

Je ne serais pas complète si je ne mentionnais pas qu'il est l'objet de critiques, parfois même de haine, de la part des islamistes puisqu'il est très attaché à Israël. Il a eu des mots très durs sur l'attitude des pays arabes ou sur Arafat, ce qui, on le sait, en France, est péché mortel. Ajoutons à cela son attachement à l'Amérique et on comprendra qu'il est  pour certains  "un individu peu recommandable" comme Bernard-Henri Lévy, Alain Finkielkraut ou Jacques Attali...

 

On lui reproche aussi son parcours politique, SFIO, PCF puis la droite. Pour ma part, je trouve qu'il est bien plus "glorieux" de quitter un parti dans lequel on ne se retrouve plus et de mettre ses actes en conformité avec ses convictions.

 

Il me semble intéressant de transcrire une grande partie de l'interview donnée à Gilles Sitruk :

"... L'opinion généralement exprimée et défendue par la diplomatie française selon laquelle toutes les difficultés du Moyen-Orient seraient dues à l'absence de solution du problème israélo-palestinien, est totalement fausse. De 1992 à l'an 2000, nous assistons au contraire à une montée en puissance et à une pression de l'islamisme qui a empêché précisément une solution du conflit."

 

"Il y a une évolution enthousiasmante d'Israël. En premier lieu, cette extraordinaire aptitude du pays à jouer du melting pot, c'est-à-dire cette assimilation de populations immigrées de diverses origines en une société homogène. Assimiler en effet un million d'immigrés russes représente près de 9 millions d'immigrés en France !"

 

J'ai tenu à présenter Alexandre Adler en étant bien consciente qu'il n'a probablement pas raison dans tout ce qu'il dit. Mais, l'insupportable, ce n'est pas de dire des choses qui fâchent, c'est de les présenter comme étant des vérités absolues auxquelles tout le monde doit souscrire. Ce n'est pas ce qu'il fait.

Commentaires

"j'ai tenu à présenter Alexander Adler.. " cela ne paraît pas dans les citations que vous avez reprises !!

Écrit par : martine | 21/09/2009

Les commentaires sont fermés.