Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

02/03/2009

JEAN-LOUP DABADIE.

 

Jean-Loup Dabadie.jpg

Jean-Loup Dabadie sera reçu à l'Académie Française le 12 mars 2009 à 15 heures par Frédéric Vitoux au fauteuil de Pierre Moinot. Il rejoindra ainsi les prestigieux académiciens dont les plus récents ou le plus connus sont Jean d'Ormesson (1973),  Alain Decaux (1979),  Hélène Carrière d'Encausse (1990), Michel Serres (1990), ), Jean-Marie Rouart (1997), Erik Orsenna (1998), Valéry Giscard d'Estaing (2003),  Max Gallo (2007), Jean Christophe Rufin (2008), Simone Veil (2008). On se souvient que la première femme reçue à l'Académie était Marguerite Yourcenar.

 

L'Académie française a été fondée par le cardinal Richelieu en 1635. Elle se compose de quarante membres élus par leurs pairs. (Il faut présenter sa canditature). Une de ses missions, assignée depuis le début, est de fixer la langue française, de lui donner des règles. Elle compose donc un dictionnaire avec une lenteur d'escargot !

 

Appelés "Immortels" (on ne peut pas démissionner), ils portent un prestigieux costume, l'habit vert qu'ils revêtent avec le bicorne, la cape et l'épée.

 

L'élection à l'Académie Française est considérée comme une consécration suprême. Pourtant, un grand nombre d'illustres écrivains n'en ont jamais fait partie. Je citerai Molière, Pascal, Rousseau, Diderot, Beaumarchais, Balzac, Dumas père, Flaubert, Stendhal, Nerval, Maupassant, Baudelaire, Zola, Proust, Gide, Giraudoux, Camus etc.

 

L'élection de  Jean-Loup Dabadie a été une surprise. Il est surtout connu comme parolier, auteur de sketches, scénariste et dialoguiste. Mais, il a aussi écrit des romans. L'élection de Valéry Giscard d'Estaing n'avait pas, elle aussi, reçu que des approbations...

 

Souriant, aimable, sympathique, Jean-Loup Dabadie est né à Paris le 27 septembre 1938.

Premier roman Les yeux secs en 1957, suivi l'année suivante par Les dieux du foyer".

Il amorce une carrière de journaliste grâce à Pierre Lazareff, collabore à la revue Tel Quel de Philippe Sollers et dès 1962 écrit pour la télévision avec Jean-Christophe Averty et Guy Bedos.

 

Il est surtout connu comme scénariste ayant travaillé avec Claude Sautet (Les choses de la vie, César et Rosalie), Yves Robert (Un éléphant ça trompe énormément, Nous irons tous au paradis), Claude Pinotau (Le silencieux, La gifle). Au théâtre, je retiendrai l'adaptation de Madame Marguerite interprétée magistralement par Annie Girardot.

 

Il se lancera dans l'écriture de chansons en 1967 et écrira pour de très nombreux interprètes : Serge Reggiani, Régine, Michel Polnareff, Mireille Mathieu, Claude François, Marcel Amont, Juliette Gréco, Marie Laforêt, Jacques Dutronc, Nicole Croisille etc. On ne peut pas dire que ses chansons aient vraiment été des tubes. Il y aura cependant le succès du texte écrit pour Jean Gabin Maintenant je sais.

 

En 1976, commencera une collaboration avec Julien Clerc : Ma préférence, L'assassin assassiné, Femmes je vous aime, Je suis mal, Elle danse ailleurs. Des succès.

 

Pour l'anecdote, j'ai entendu Jean-Loup Dabadie  dire avoir été le premier à persuader Julien Clerc de chanter "je vous aime" et d'avoir contribué à l'abolition de la peine de mort avec L'assassin assassiné.

 

Son élection fait donc entrer la chanson à l'Académie qui renoue aussi avec le cinéma guère représenté sous la coupole depuis René Clair.

 

J'avoue que je n'aime pas tellement les textes de Jean-Loup Dabadie. Peut-être que cela vient de ma grande admiration pour  Pierre Delanoë et Louis Amade, paroliers de Gilbert Bécaud, dont je trouve les textes admirables. Mais c'est une autre époque !

 

Je ne résiste cependant pas à citer les plus grands succès des paroliers préférés  de Gilbert Bécaud. Jean-Loup Dabadie, tout auréolé de son élection, me le pardonnera !

 

Delanoë : Mes mains, Quand tu danses, Je t'appartiens, Le pianiste de Varsovie, Le jour où la pluie viendra, Têtes de bois, Je te promets, L'enterrement de Cornélius, Et maintenant, Nous les Copains, Dimanche à Orly, Nathalie, L'orange, Tu le regretteras, Je reviens te chercher,L'un d'entre eux inventa la mort, Les créatures de rêve, La solitude ça n'existe pas, Charlie, t'iras pas au paradis, Et le spectacle continue  et tant d'autres.

 

Louis Amade : Les croix, La ballade des baladins, Les enfants oubliés, Marchand de ballons, Pauvre pêcheur, Laissez-moi vivre en paix, La corrida, Toi, l'oiseau, Les marchés de Provence, L'absent, Mon amour impossible, Galilée, L'enfant du ciel, Toi le musicien, Miserere, Mon arbre, On prend toujours un train pour quelque part et beaucoup d'autres.

 

Ces chansons sont connues, mais qui se souvient des paroliers ?

 

 

Je reviens à Jean-Loup Dabadie. Je le félicite pour son élection. Je l'ai trouvé très élégant lors de l'essayage de son habit vert et tellement heureux.Après tout, n'est-ce pas cela l'important ?

 

15:24 Publié dans Culture | Lien permanent | Commentaires (2)

Commentaires

Dabadie... dabada... chabadabada... Je ne sais pourquoi, j'associe toujours son nom ainsi. Peu académique, sans doute. Merci de nous parler de lui.

Écrit par : Tania | 04/03/2009

Merci pour votre commentaire.
J'accepte mal cette élection, il y a tellement d'écrivains qui mériteraient d'être élus.

Écrit par : mado | 04/03/2009

Les commentaires sont fermés.