Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

27/02/2009

BERNARD-HENRI LEVY.

 

BHL.jpg

France5 a diffusé  récemment, un reportage réalisé par Eric Dahan,  sur Bernard-Henri Lévy. Philosophe, essayiste, journaliste, éditorialiste au Point, il est né en 1948 en Algérie, dans une famille modeste. Son père rêvait d'une étagère en bois où ranger quelques livres...

 

Il s'explique et j'ai eu des réponses à certaines questions que je me posais depuis longtemps. Pourquoi cette médiatisation à outrance ? Pourquoi cet engagement dans les conflits qui mettent les pays à feu et à sang ? Pourquoi privilégier le journalisme plutôt que la philosophie qui, comme le dit Philippe Sollers, est actuellement "dans une grande misère".

 

Beaucoup, comme moi, se souviennent de ses nombreux passages à la télévision notamment chez Bernard Pivot. Sa tenue, costume noir, chemise blanche, largement ouverte, ne passait pas inaperçue. Il explique son choix de la recherche de passages dans les médias par un souci de mieux faire passer ses idées. Son premier livre n'avait pas eu d'audience, son deuxième "Barbarie à visage humain" a été largement commenté et critiqué dans la presse. (1977).

 

D'emblée, il dit de lui : "J'ai toujours été attaqué, j'ai la palme de l'écrivain français vivant le plus détesté. On a écrit des livres sur moi, on m'a traîné dans la boue, on a dit des choses atroces, je n'ai jamais attaqué parce que je m'en fiche !"

 

La justification de son engagement se trouve dans sa définition de la philosophie :"Certains  pensent que le lieu de la philosophie est une tour d'ivoire. Pour moi, c'est un champ de batailles."

 

Il ira au Bangla-Desh, en Bosnie,  au Burundi, en Afghanistan. On se souvient comment il a soutenu et demandé de soutenir le commandant Massoud à qui il avait apporté des radios-émetteurs. Son credo : combattre le totalitarisme, le fascisme, le marxisme. Il fait sienne la phrase de Marx : "La philosophie n'est pas faite seulement pour comprendre le monde mais pour le transformer."Je citerai aussi ce qu'il dit du communisme "détestable parce qu'il crée l'ordre et l'aliénation."

 

Dans "Qui a tué Daniel Pearl ?" (2003) il agit comme un journaliste d'investigation. Daniel Pearle, journaliste américain,  avait été enlevé puis décapité à Karachi par les "fous de Dieu". BHL a mené une véritable enquête qui l'a conduit à la découverte qu'un membre officiel pakistanais s'apprêtait à vendre la bombe atomique à des terroristes. C'était le secret découvert par Daniel Pearle. Depuis, ce membre officiel a été arrêté et BHL y voit la confirmation qu'il avait raison de soupçonner le Pakistan de jouer un double jeu.

 

Il aime les Etats-Unis où il se rend très souvent. Son livre "American Vertigo"  paru en 2006, dans lequel il rassemble ses impressions, ses pensées a été mal accueilli en France mais apprécié par les intellectuels américains.

 

J'ai été fort étonnée de découvrir dans le reportage, l'éloge qu'il fait de la pensée juive "une voie pour sortir du marxisme".  Je le savais juif, bien sûr, mais je ne connaissais pas son admiration pour le Talmud. Il est vrai que je n'ai pas lu le "Testament de Dieu". (1979). Il a été fait docteur honoris causa de l'université hébraïque de Jérusalem en juin 2008.

 

BHL rappelle aussi qu'il est co-fondateur avec Françoise Giroud, Marek Halter et Jacques Attali de "Action internationale pour la faim"  (1980) et avec Harlem Désir en 1984,  de "SOS Racisme" dont il se dit à la fois fier et déçu.

 

 

 

A l'Ecole normale supérieure de la rue d'Ulm, il a été l'élève de Jacques Derrida et de Louis Altusser mais reconnaît aussi comme modèles Emmanuel Lévinas, Jean-Paul Sartre, Albert  Camus, Jacques Lacan et Michel Foucault. Il admire aussi Charles Baudelaire à qui il a consacré un livre "Les derniers jours de Charles Baudelaire" en 1988.

 

On lui a aussi reproché son mariage avec l'actrice Arielle Dombasle, union qu'il qualifie de "vrai miracle". (1993). Autre reproche, celui de s'intéresser plus à la misère du monde lointain qu'à celle proche de lui. Il repond que c'est parce qu'il y a moins de monde et qu'en France, politiques et syndicats, associations s'en chargent bien.

 

En conclusion de son interview il se définira comme un écrivain qui essaie d'être fidèle à lui-même et aux valeurs qu'on lui a inculquées.

 

J'ai beaucoup aimé d'autres livres : "Réflexions sur la Guerre, le Mal et la fin de l'Histoire" précédé de "Les Damnés de la guerre". (2001) "Les aventures de la liberté" (1991) "Le siècle de Sartre" ( 2000) et surtout "Les Hommes et les Femmes" écrit avec Françoise Giroud. (1993).

 

 

 

"Est-ce à dire que j'aie aimé cela ? Que j'aie pu prendre plaisir à ces scènes abominables ? Et avait-il tant soit peu raison, ce jeune commandant de Moukti Fouj, qui un soir, tandis qu'il évoquait la mémoire d'un de ses meilleurs partisans, mort quelques jours plus tôt, et que, pour un autre, musulman, on achevait, un peu plus loin de creuser une petite tombe, me déclara tout à coup :"vous, les journalistes, c'est pour cela que vous êtes là...vous êtes quand même, admettez-le de sacrés salauds de voyeurs." .... Et je pense surtout, à la tête que j'ai dû faire, à la panique qui m'a saisi....."

(Réflexions sur la guerre.)

 

15:32 Publié dans Culture | Lien permanent | Commentaires (3)

Commentaires

Je suis désolée de ternir votre enthousiasme mais Bernard Henry Lévy et son oeuvre sont sujets à cautions.

American Vertigo a été critiqué aux USA, et surtout son auteur :

ex. : GARRISON KEILLOR du New York Tilmes : "But every 10 pages or so, Lévy walks into a wall... ."
http://www.nytimes.com/2006/01/29/books/review/29keillor.html

La veuve de Pearl n'a pas spécialement apprécié le comportement de BHL ni son ouvrage.
http://www.monde-diplomatique.fr/2003/12/DALRYMPLE/10866

L'oeuvre et le personnage ont été analysés et donné lieu à des enquêtes qui sont peu connues :

Le B.A.BA du BHL - enquête sur le plus grand intellectuel français (éditions de la Découverte)

http://www.editionsladecouverte.fr/catalogue/index-Le_b_a__ba_du_BHL-9782707144782.html

Une imposture française (éditions les Arènes)

http://www.arenes.fr/spip.php?rubrique79

Écrit par : Annie | 06/03/2009

pourkw je laprecie. parce kil montre en kw la philosophie reste toujours actuelle

Écrit par : diallo | 08/03/2009

Merci beaucoup pour votre commentaire.

Écrit par : mado | 09/03/2009

Les commentaires sont fermés.