Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

11/10/2008

DANIEL BARENBOIM.


250px-Daniel_Barenboim.jpg

"La musique est une école de vie".

Ce matin, dans Thé ou Café, Catherine Ceylac recevait Daniel Barenboïm, un pianiste de génie, un chef d'orchestre mondialement connu, un homme de conviction, engagé pour la paix. Il est d'une grande simplicité. L'animatrice laisse toujours son invité seul, pendant une minute, le priant d'agir à sa guise. Malicieux, il a ouvert des tiroirs, à la recherche d'un cigare, qu'il voulait fumer, même si c'est interdit, puisqu'elle lui avait dit de faire ce qu'il voulait !

Je relate cette anecdote parce qu'elle reflète bien sa personnalité, son humour. J'ai la chance de l'écouter souvent sur la chaîne musicale Mezzo et j'ai même eu le bonheur d'assister à plusieurs leçons de piano. Il commence toujours par féliciter son élève puis de manière très vivante, suggère l'interprétation, avec une argumentation développée, même s'il ne s'agit que d'une seule note. De plus, sa gentillesse est extraordinaire. Ainsi, l'ai-je entendu dire à un élève . "Me permettez-vous de vous interrompre ?"

Il est né le 15 novembre 1942 à Buenos Aires. Il apprend le piano avec son père et donne son premier concert à sept ans. En 1952, il s'installe en Israël avec ses parents juifs d'origine russe. Il enregistre ses premiers disques en 1960. Tout en continuant à jouer du piano, il devient chef d'orchestre, à Paris, de 1975 à 1989, puis à Chicago jusqu'en 2006 tout en menant une carrière de chef à Berlin.

En 1999, il crée le "West-Eastern Divan Orchestra" dans lequel il réunit des musiciens israéliens, arabes et andalous. La création de son orchestre est un engagement politique. Il préfère parler de "forum humaniste" car chacun est incité à écouter et comprendre l'histoire de l'autre.

Il a pu, avec beaucoup de difficultés, donner un concert à Ramallah, le 21 août 2005, concert diffusé par Arte. La chaîne avait organisé une conférence de presse à Paris, le 13 juin, au cours de laquelle Daniel Barenboïm avait eu l'occasion de souligner la portée hautement symbolique du concert.

De nationalité israélienne et argentine, il possède aussi un passeport espagnol, et depuis peu, palestinien. "La vraie dimension du Divan arrivera le jour où l'orchestre pourra jouer dans tous les pays qui y sont représentés, en Espagne, en Turquie, au Liban, en Syrie, en Jordanie, en Palestine, en Israël et en Iran".

Daniel Barenboïm dirigera le concert du Nouvel An, à Vienne, le 1er janvier prochain.

15:04 Publié dans Culture | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.