Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Envoyer ce Blog à un ami | Avertir le modérateur

01/05/2008

PENURIE DE PROFESSEURS

Un étudiant, fils d'amis, qui avait commencé un régendat, a abandonné ses études."Au premier cours que j'ai donné, j'ai reçu une chaise sur la tête, je n'ai pas envie de vivre comme cela, je vais faire autre chose."

La violence qui règne dans nos écoles n'incite certainement pas à devenir professeur. Elle est très ancienne, même si elle s'accenture d'année en année. Il y a vingt ans, il était tabou d'en parler. Maintenant, le phénomène a pris de telle proportions, qu'on ne peut plus se taire.

Que fait-on ? On cite des causes qui sonnent un peu comme des slogans même si elles ont toutes une part de vérité. Pêle-mêle : l'école est le reflet d'une société violente - chômage donc pas d'avenir - précarité - laxisme des parents - abus de la télévision et d'internet - absentéisme - décrochage scolaire etc.

Les réponses sonnent, elles aussi, comme des slogans : école de la réussite - mêmes chances pour tous - suppression de la compétition - pas de cours magistraux - valorisation du travail de groupes - l'élève doit trouver par lui-même - le prof n'est pas un transmetteur de savoirs - projets éducatifs, souvent généreux, mais élaborés en dehors de la réalité etc.

Une succession de réformes, inefficaces. Une succession de programmes, inadaptés. Une formation continuée, en décalage avec le vécu.

Il faudrait un long développement pour analyser les dérives engendrées par l'enseignement rénové, qui avait été présenté, comme une excellente révolution. Je pense, par exemple, à l'enseignement technique et professionnel vidés de leur substance.

On a envie de dire, tout cela pourquoi ? Pour quels résultats ? 

 

14:14 Publié dans Belgique | Tags : professeurs | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.